Forex/Cryptos

Trois raisons pour un dollar plus fort



Le dollar s'affaiblit depuis de nombreux mois et s'est fortement déprécié par rapport à l'euro au cours des douze derniers mois. Les investisseurs en euros qui ont investi dans la devise américaine en ont clairement ressenti les effets : leurs rendements annuels ont été dans certains cas fortement freinés par la faiblesse du dollar. Quelle est la prochaine étape pour le taux de change ? De nombreux observateurs du marché s'attendent à ce que le dollar reste faible.
DWS a un point de vue différent. « Nous nous en tenons à notre objectif d'un taux de change euro/dollar de 1,15 à la fin de 2021 » déclare Stefanie Holtze-Jen, responsable de la stratégie monétaire de DWS, en citant trois raisons pour lesquelles le dollar s'oriente vers une reprise.


1. L'écart de croissance entre les États-Unis et la zone euro est susceptible de se creuser encore

Stefanie Holtze-Jen, responsable de la stratégie monétaire de DWS
Stefanie Holtze-Jen, responsable de la stratégie monétaire de DWS
Le renforcement de la relance budgétaire sous l'égide du nouveau président américain Joe Biden devrait donner un coup de pouce significatif à l'économie américaine. 1 900 milliards de dollars doivent être inclus dans le plan d'aide pour atténuer les dégâts considérables causés par la pandémie de Covid-19. Après avoir reconquis le Sénat, les démocrates, avec leur faible majorité à la Chambre des représentants, peuvent maintenant présenter une législation dans ce sens. En raison de la manière conciliante dont Joe Biden s'est exprimé, le marché interprète de manière positive qu'en raison de la situation économique, les propositions qui pèsent sur les marchés, telles que les augmentations d'impôts redoutées, ne devraient pas être attendues dans un avenir prévisible. « Ce soutien massif, l'attitude plus favorable au marché des démocrates ainsi que le potentiel de croissance déjà plus élevé de l'économie américaine et un marché du travail plus flexible devraient signifier que la reprise aux États-Unis sera beaucoup plus dynamique qu'en Europe » prévoit Mme Holtze-Jen. L'écart de croissance économique entre la zone euro et les États-Unis devrait donc se creuser davantage.

2. Les États-Unis sont en tête en matière de vaccination

Dans ses efforts pour mettre fin à la pandémie de Covid-19, la zone euro semble être à la traîne par rapport aux États-Unis. Le processus de vaccination – du moins jusqu'à présent – a été beaucoup plus lent en Europe continentale qu'aux États-Unis. A la fin janvier, 6 % de la population américaine a déjà été vaccinée, soit trois fois plus qu'en Europe. Si le rythme actuel était maintenu, environ 60 % de la population américaine serait vaccinée d'ici août 2021. En Europe continentale, en revanche, il faudrait attendre le début de l'année 2022 pour atteindre ce chiffre.
« Si ce scénario se réalise, il creuserait encore l'écart de croissance entre les États-Unis et l'Europe et tendrait à exercer une pression supplémentaire sur l'euro »
déclare Mme Holtze-Jen.

3. L'évolution des intérêts des décideurs politiques américains et de la Banque centrale européenne

Le changement politique aux États-Unis devrait signifier qu'il n'y aura plus de pression sur le dollar de la part des politiciens, comme cela s'est produit sous la présidence de Donald Trump. Pendant son mandat, Trump avait massivement propagé un dollar plus faible et avait ainsi mis la Réserve fédérale sous pression. La nouvelle secrétaire au Trésor américain et ancienne présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, ne suit pas cette voie. Elle est fermement en faveur du fait que la valeur du dollar soit déterminée par le libre-échange sur le marché des changes.

Dans le même temps, la Banque centrale européenne continue de commenter la flambée de l'euro. Elle prévoit maintenant une enquête plus détaillée sur l'appréciation de l'euro par rapport au dollar depuis le début de la pandémie. L'accent sera mis sur la question de savoir si différentes mesures de relance sont responsables de l'évolution du taux de change. Les membres du conseil de la Banque centrale européenne tels que Klaas Knot ont souligné que la Banque centrale européenne dispose d'instruments tels que les réductions de taux d'intérêt pour contrer l'appréciation de l'euro. Du côté des devises, les choses pourraient donc être bien meilleures pour les investisseurs de l'euro qui investissent dans des actifs en dollars en 2021 qu'elles ne l'étaient l'année dernière.

Rédigé par Stefanie Holtze-Jen, responsable de la stratégie monétaire de DWS, le 02/02/2021 modifié le 02/02/2021 - 14:51


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >




par Bertrand Richard le 23/09/2021

FUTURE CAC 40 : L'art de la communication

par Bertrand Richard le 23/09/2021

Du grand art !






glossaire bourse














Mentions légales