Bourse


Pour la première fois en six ans, l'or a dépassé la barre des 1 400 $

Néanmoins, comme le précise Johannes Müller, Head of Macro Research DWS, si l'on regarde l'indice S&P 500 sur 10 ans, ce n'est toutefois qu'une petite consolation.


Comparaison sur 10 ans de l'évolution de l'or et du S&P 500. Source : DWS Investment GmbH
Comparaison sur 10 ans de l'évolution de l'or et du S&P 500. Source : DWS Investment GmbH
Les investisseurs de l'or ont dû attendre plus de six ans pour ce jour. Après une forte poussée en juin, l'once d'or a franchi la barre des 1 400 $ pour la première fois depuis septembre 2013. De tels jalons techniques sont d'autant plus importants pour les investisseurs d'or qu'ils ont dû regarder l'un de leurs métaux préférés disparaître pendant des années. Et ce, alors que le relâchement de la politique de la banque centrale a entraîné une hausse de presque toutes les autres catégories d'actifs. Et ce, même si les banques centrales sont d'importants acheteurs nets d'or depuis 2010. Et même si la politique est devenue beaucoup plus imprévisible. Et, enfin, même si ce refuge alternatif autoproclamé, le Bitcoin, a grimpé de plus de 200% cette année.
Les investisseurs en or doivent se contenter d’une année d’euphorie au cours de laquelle le prix a augmenté d'environ 10%. A l’origine de cette récente reprise : le retour de la synchronisation avec le taux d'intérêt réel américain.
Le rendement des obligations d'État américaines indexées sur l'inflation à 5 ans (considéré comme l’équivalent du taux d'intérêt réel américain) est passé de 1,15 % à 0,17 % au cours de la dernière année. En conséquence, le coût d'opportunité de la possession d'or a chuté de façon significative. Et avec leurs annonces récentes, étonnamment consensuelles, la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale américaine (la Fed) ont contribué à faire en sorte que ce coût demeure faible dans un futur proche. Une fois de plus, le mantra "plus bas pour plus longtemps" est chanté haut et fort.

Mais nous croyons que "plus bas pour plus longtemps" pourrait aussi être une description de la performance à plus long terme de l'or. Le métal jaune n'a pas l'air si brillant aujourd’hui lorsque l’on sait qu'il est encore plus d'un quart en deçà de son sommet de 2011. De plus, il y a exactement dix ans, l'or et les actions américaines se retrouvaient au même niveau : début juillet 2009, une once d'or valait 927 $ et le S&P 500 était à 923 points d'indice. Depuis lors, comme le montre notre graphique, les actions américaines ont augmenté de 220 % - hors dividendes - pour atteindre près de 3 000 points d'indice. L'or, en revanche, n'a augmenté que de 50 % pour atteindre actuellement un peu plus de 1 400 $. On ne peut pas non plus dire que ce gain plus faible a été compensé par une plus grande sécurité, ce que les propriétaires d'or recherchent habituellement. - du moins, si vous mesurez l'incertitude de la volatilité. Si l'on prend la volatilité comme mesure de l'incertitude, les deux catégories d'actifs ne diffèrent pas beaucoup l'une de l'autre à long terme. Des rendements plus faibles avec le même risque - qui pourrait vouloir cela ? Peut-être les investisseurs qui écoutent les banques centrales et qui citent les risques de récession comme la raison de leur dernier revirement sur les taux d'intérêt. Les banques centrales ne voudraient certainement pas réduire les taux d'intérêt sans motif suffisant pour le faire, n'est-ce pas ?

Rédigé par Johannes Müller, Head of Macro Research DWS le 28/06/2019 | Lu 382 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Future CAC 40 : Drone inattendu

La résistance des 5660 points nous semblait bien prégnante et justifiait l’acquisition d’un turbo put CAC 40 même si la psychologie...











glossaire bourse





Mentions légales