Conjoncture


Place à la réduction graduelle du bilan de la Fed

La Fed a laissé le taux d’intérêt cible des fonds fédéraux dans une fourchette de 1,00 % à 1,25 %. La Fed commencera en octobre le processus de normalisation de son bilan en diminuant les réinvestissements des titres qui viennent à échéance.


Encore une fois, la Fed a su éviter les surprises. Il était clair depuis quelque temps qu’aucune hausse de taux directeurs ne serait décrétée à cette réunion. Toutefois, l’absence de mouvement de taux n’implique pas l’absence de décision importante. La Fed a plutôt décidé de jeter son regard sur un autre pan de ses opérations. Comme prévu, Janet Yellen et ses collègues ont décidé de diminuer dès octobre l’actif qu’elle détient sous forme des obligations fédérales et hypothécaires achetées lors des différentes opérations d’assouplissement quantitatif. Ce dégonflement sera très graduel. La Fed ne se départira pas directement de ses obligations, mais cessera, en partie, de réinvestir les sommes libérées par les échéances ou les paiements hâtifs. La Fed fait le pari que ces opérations n’auront pas de grande influence sur l’évolution des marchés financiers.
Du côté de l’évolution prochaine des hausses de taux, la prévision médiane des dirigeants de la Fed correspond à une autre hausse de taux d’ici la fin de l’année. Une situation inchangée par rapport à juin. On peut donc s’attendre à un nouveau relèvement de 25 points de base en décembre. La médiane des prévisions table sur trois hausses en 2018 et environ deux hausses en 2019. Du côté des prévisions économiques, La Fed a légèrement revu à la hausse, de 2,2 % à 2,4 %, sa prévision de croissance du PIB réel pour la fin de 2017. Évidemment, cette prévision est dépendante de l’effet net qu’aura à court terme le passage des ouragans Harvey, Irma et possiblement Maria. Dans son communiqué, la Fed a d’ailleurs mis beaucoup l’accent sur l’effet de ces ouragans sur la croissance et l’inflation.

Les prévisions des dirigeants de la Fed sont assez semblables à nos propres anticipations : une hausse de 25 points de base des taux directeurs en décembre suivie de trois hausses en 2018. Différents facteurs pourraient cependant affecter ces pronostics, notamment une inflation qui resterait trop faible ou la question du renouvellement du mandat de Janet Yellen à la tête de la Fed.

Rédigé par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 20/09/2017 | Lu 644 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager




Mentions légales