Conjoncture

Perspectives avant la réunion du Comité de la Fed de septembre




Christian Scherrmann, économiste US chez DWS
Christian Scherrmann, économiste US chez DWS
Compte tenu du dernier discours du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, et d'autres membres du Comité, il est peu probable que la Fed fasse état de "progrès suffisants" ou annonce le début du « tapering » lors de la prochaine réunion du FOMC en septembre. Malgré certainement des progrès suffisants quant à l'inflation, la récente reprise modérée de l'emploi, des tensions inflationnistes plus modérées et l'incertitude liée au variant Delta sont autant de facteurs susceptibles de réduire la pression sur l'ajustement de la politique monétaire.
Nous pensons que les autorités pourraient vouloir attendre et voir si la reprise de l’emploi attendue à la fin des allocations chômage de septembre se concrétise réellement - ce que nous ne saurons pas avant la réunion du FOMC de novembre.
Par conséquent, nous maintenons notre position selon laquelle le « tapering » sera annoncé lors de la réunion du Comité de novembre et que la réduction des achats d’actifs commencera au plus tôt en décembre 2021.

Dans le cadre de la réunion de septembre, nous estimons que la Fed orientera progressivement les marchés vers des ajustements plus importants à court terme. Cela pourrait se traduire par un ajustement dans le discours, reflétant très probablement la déclaration de Jerome Powell à Jackson Hole, où il a déclaré que "... si l’économie évoluait globalement comme prévu, il pourrait être approprié de commencer à réduire le rythme d’achats d'actifs cette année."

Par conséquent, nous suivons de près la mise à jour des projections économiques et des estimations de l’évolution des taux d’intérêt, d'autant plus que nous devrions connaître les premières projections pour 2024. Étant donné que la Fed reste dans la fourchette haute de ses prévisions de croissance pour 2021, une légère révision à la baisse pourrait être justifiée pour s’aligner au discours du président de la Fed sur la réalité économique. Mais malgré quelques révisions probables à la baisse des chiffres de la croissance, l'économie américaine connaît une croissance bien supérieure à son potentiel - une condition nécessaire pour ajuster la politique monétaire. Il pourrait en être de même pour leurs prévisions d'inflation pour 2021. Nous nous attendons cependant à quelques révisions à la hausse.

Bien que le président de la Fed ait tendance à minimiser l'importance des prévisions sur l'évolution des taux d'intérêt, nous pensons que les acteurs du marché ont déjà accepté le début de leur réduction progressive et se concentrent maintenant sur la trajectoire des taux à venir.
Pour l'instant, nous maintenons notre prévision de deux à trois hausses de taux en 2023 et envisageons trois autres hausses en 2024.
Pour 2022, nous ne nous attendons pas à ce que les estimations signalent une hausse des taux, mais nous imaginons que certains taux pourraient légèrement remonter. Bien que cela ne signifie pas nécessairement qu'il y aura une envolée plus tôt que prévu, cela pourrait donner un ton plus « hawkish » à l'ensemble de la réunion.

Rédigé par Christian Scherrmann, économiste US chez DWS, le 20/09/2021 modifié le 20/09/2021 - 10:59


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager





par Bertrand Richard le 22/10/2021

FUTURE CAC 40 : Droit devant

par Bertrand Richard le 22/10/2021

EVERGRANDE : Ouf !










glossaire bourse














Mentions légales