Bourse

Les marchés insatisfaits des indications de Jerome Powell




Ce fut une autre semaine plus difficile pour les marchés boursiers, malgré un fort rebond des principaux indices lundi. Les craintes d’inflation et les hausses de taux obligataires semblaient s’être calmées en début de semaine, mais elles sont revenues en force jeudi à la suite des commentaires du président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell. En conservant un discours très tolérant envers une éventuelle poussée d’inflation, la Fed alimente les craintes de surchauffe, ce qui pénalise fortement les marchés obligataires ainsi que les actions à valorisation très élevées. À la clôture de vendredi, le NASDAQ, qui concentre les titres hautement valorisés du secteur technologique, perdait 2,06 % sur la semaine. Le S&P 500, qui accorde aussi une pondération importante au secteur technologique, affichait lui un gain de 0,81 %. En France, l'indice CAC 40 enregistrait un gain hebdomadaire de 1,39 %. Les nouvelles économiques sont pourtant bonnes, ce qui apporte un soutien aux titres boursiers plus conventionnels et au prix du pétrole. Le baril de WTI (West Texas Intermediate) atteignait des records vendredi matin à près de 66 $ à la suite du maintien des limitations sur l’offre annoncée à la rencontre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses partenaires (OPEP+).


On aurait pu espérer un retour au calme sur les marchés obligataires après la baisse des taux lundi. Les inquiétudes sont cependant rapidement revenues sur les marchés, et les taux ont bondi jeudi, à la suite de l’intervention de Jerome Powell.
Les taux américains affichaient vendredi d’importantes hausses hebdomadaires d’environ 12 points de base.

Le dollar américain a maintenu une tendance haussière durant la semaine avec une poussée plus forte jeudi. En principe, les craintes d’inflation aux États‑Unis pourraient se traduire par un dollar américain plus faible, mais en même temps, les perspectives d’une forte croissance économique et une progression plus rapide des taux d’intérêt aux États-Unis soutiennent la devise. Au bout du compte, l’euro est repassé sous 1,20 $ vendredi soir à 1,1916 $. La livre est descendue sous 1,39 $, mais a tout de même fait quelques gains par rapport à l’euro.

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le 05/03/2021 modifié le 05/03/2021 - 22:22


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Nouveau commentaire :
Twitter

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que BourseTrading.info a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que le site BourseTrading.info ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent notre charte.




par Bertrand Richard le 27/09/2021

FUTURE CAC 40 : Reprise molle

par Bertrand Richard le 27/09/2021

Reprise tempérée






glossaire bourse














Mentions légales