Bourse



Les marchés commencent à craindre une reprise plus lente



Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas sur les marchés financiers. Alors que la semaine précédente, l’espoir d’une relance réussie de l’activité économique s’était traduit par des gains importants des places boursières nord-américaines, l’inquiétude a rapidement repris le dessus cette semaine. Après une première séance assez calme, l’indice S&P 500 a reculé de 2 % mardi alors que plusieurs investisseurs semblaient craindre que le rebond boursier depuis le creux du mois de mars ait été trop rapide. Le recul s’est poursuivi mercredi à la suite d’un commentaire de Jerome Powell selon lequel les perspectives économiques étaient très incertaines et sujettes à des risques baissiers importants. Malgré une certaine remontée par la suite, l'indices S&P 500 inscrivait un recul hebdomadaire de 2,31 %. L'indice CAC 40 quant à lui affichait un recul bien plus marqué avec une baisse sur la semaine de 6,35 %.

Les inquiétudes des investisseurs et du président de la Réserve fédérale (Fed) ont favorisé le marché obligataire. Le taux américain de 30 ans, qui était passé au-dessus de 1,40 % lundi, est ainsi rapidement redescendu en dessous de 1,30 % alors que le taux de 10 ans est revenu aux environs de 0,60 %. Les taux courts américains n’ont toutefois pas baissé alors que les dirigeants de la Fed ont continué de répéter qu’ils n’envisageaient pas d’avoir recours à des taux directeurs négatifs. Les taux obligataires canadiens ont suivi la tendance américaine, mais, encore une fois, avec des mouvements plus limités dans le long terme.

Le regain d’inquiétude sur les marchés financiers a aidé le dollar américain contre plusieurs devises. L’indice Dollar Index est remonté à un sommet de trois semaines. Par ailleurs, le billet vert semble aussi avoir bénéficié de la faible probabilité de voir des taux négatifs aux États‑Unis dans un avenir rapproché. L’euro a connu un regain de vie mardi, mais est vite reparti à la baisse pour terminer vendredi soir à 1,0821 $. La livre sterling a connu une semaine plus difficile, se dépréciant à moins de 1,22 $. La pandémie étant plus persistante au Royaume-Uni, le pays prend du retard dans son déconfinement par rapport à la plupart de ses voisins européens.

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le 16/05/2020 | Lu 490 fois modifié le 16/05/2020 - 10:56

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 17 Octobre 2020 - 00:24 Des investisseurs plus nerveux

Confinement bis ?

Jeudi, le support des 4785 points était donc testé mais avec succès. Une petite bougie faisait l’éloge de la réaction des acheteurs. Ces...

FUTURE CAC 40 : Bien rapide !

Le Future CAC 40 a débuté la séance aux mains de vendeurs très agressifs qui ont bien failli l’emmener loin en deçà des 4800 points. Les...





glossaire bourse













Mentions légales