Bourse

Les investisseurs plus prudents face à la remontée des cas de COVID-19




Les perspectives économiques et l’évolution de la COVID‑19 sont redevenues le centre de l’attention cette semaine alors qu’une troisième vague de la pandémie se confirme dans plusieurs pays. Les Bourses reculaient durant la première moitié de la semaine, et ce, même si le calme était revenu sur les marchés obligataires.
Les indices américains étaient cependant de retour dans le vert jeudi et surtout vendredi avec un rallye initié par les banques et les sociétés énergétiques, permettant au S&P 500 d'afficher une hausse hebdomadaire de 1,57 %.
Le NASDAQ quant à lui terminait inchangé avec une baisse modérée de 0,58 %. En Europe, le CAC 40 a terminé la semaine sur un niveau quasi-inchangé par rapport à la semaine dernière, avec une très légère baisse de 0,15 %. Signe des préoccupations concernant l’économie mondiale, le pétrole était très volatil cette semaine. D’abord tirés à la baisse par les perspectives plus négatives, les prix du brut ont rebondi lorsqu’un cargo géant s’est coincé en travers du canal de Suez, entraînant un blocage complet qui pourrait durer plusieurs semaines selon certains analystes. Au bout du compte, le baril de WTI (West Texas Intermediate) se dirigeait vers un niveau de fermeture proche de celui de la semaine dernière, à 60,79 $.


La semaine a été plus favorable pour les investisseurs des marchés obligataires, alors que la hausse effrénée des taux des dernières semaines a fait place à une baisse. Les taux sur les obligations gouvernementales de 10 ans ont perdu des points presque toute la semaine, cumulant une baisse de près de 7 points de base aux États-Unis, malgré un mouvement haussier vendredi matin.
Du côté des changes, le dollar s’est apprécié contre plusieurs devises cette semaine. Il profite de l’inquiétude entourant la troisième vague de COVID‑19, laquelle ne semble pas trop toucher les États‑Unis.
L’euro est retombé sous 1,18 $. Les bonnes données économiques publiées en Europe, notamment du côté des indices PMI, n’ont pas suffi à rassurer les investisseurs, qui entrevoient un mois d’avril plus difficile en Europe. La livre sterling est descendue sous 1,38 $. Le franc suisse et le yen ne parviennent pas non plus à s’apprécier même s’ils ont souvent l’habitude de profiter des moments d’inquiétude sur les marchés.

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le 26/03/2021 modifié le 26/03/2021 - 22:21


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager





par Bertrand Richard le 26/10/2021

FUTURE CAC 40 : A l'assaut ?

par Bertrand Richard le 26/10/2021

Merci Tesla










glossaire bourse














Mentions légales