Bourse

Les inquiétudes liées à la spéculation font place à un vent d’optimisme




Les inquiétudes liées à la spéculation font place à un vent d’optimisme
Les principaux indices boursiers ont connu une belle semaine de hausse. Ce solide rebond suivant la chute de la semaine dernière démontre que l’optimisme reste bien ancré sur les marchés. La frénésie spéculative qui inquiétait les investisseurs semble aussi s’être calmée malgré un bond impressionnant du prix de l’argent en début de semaine, après qu’il eut été pris pour cible par certains groupes de spéculateurs. Mais l’optimisme était aussi lié aux perspectives économiques de manière plus générale.
On enregistrait d’ailleurs une hausse hebdomadaire de près de 10 % du prix du baril de pétrole WTI (West Texas Intermediate) sous l’effet d’une plus forte demande anticipée, ainsi que de nouvelles coupures de productions par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Même les données relativement décevantes pour l’emploi en janvier publiées aux États-Unis ont peu influencé les Bourses. Ainsi au terme de cette semaine, le S&P 500 a enregistré un impressionnant bond de plus de 4,62 %. Le CAC 40 n'est pas en reste puisqu'il s'adjuge un gain  hebdomadaire de 4,82 %. Aussi tirés à la hausse par l’optimisme généralisé, les taux sur les obligations gouvernementales gagnaient des points durant la semaine. Le taux américain de 10 ans atteignait 1,15 %, en hausse de 5 points de base.


Malgré un sentiment plus optimiste sur les marchés et un léger recul vendredi matin à la suite de la publication des chiffres sur l’emploi, le dollar index par rapport aux principales devises a progressé cette semaine. Les gains du billet vert se sont surtout faits contre le yen, qui était encore plus désavantagé par le sentiment positif des investisseurs, et contre l’euro. Ce dernier a même clôturé la séance de jeudi en dessous de 1,20 $ alors que les perspectives moins favorables de croissance en zone euro, découlant entre autres d’une vaccination plus lente qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni, semblent de plus en plus nuire à la monnaie commune. La livre a été relativement stable alors que la Banque d’Angleterre semble peu intéressée par les taux négatifs.

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le 05/02/2021 modifié le 05/02/2021 - 22:12


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >




par Bertrand Richard le 10/05/2021

FUTURE CAC 40 : Jusqu'où?

par Bertrand Richard le 10/05/2021

Records en série






glossaire bourse














Mentions légales