Bourse

Les actions doivent être négociées à un ratio cours/bénéfices de 100




Les actions doivent être négociées à un ratio cours/bénéfices de 100
Enfin, du moins selon un indicateur. Le graphique ci-dessus illustre la relation entre l'excès de liquidités, mesuré comme la différence entre la croissance de la masse monétaire et la croissance du PIB nominal, et le ratio prix/bénéfices (PE) de l'indice S&P 500.  L'idée sous-jacente est que si l'on crée plus de masse monétaire que nécessaire pour la croissance économique, en cas d'excès de liquidités, celle-ci se retrouvera sur le marché boursier.

La relation positive entre les deux lignes, l'augmentation de l'excès de liquidités coïncidant avec l'augmentation du capital-investissement, étaye cette hypothèse.
Actuellement, la croissance de l'excès de liquidités est sans précédent. Ce n'est pas si surprenant si l'on considère que la Réserve fédérale a augmenté son bilan de plusieurs billions de dollars.
Il faudrait un IP de 100 (!) pour que les deux lignes convergent. Il est évident que cela ne se produira pas, notamment parce que la croissance du PIB nominal devrait rebondir fortement. Mais il souligne que, du point de vue de la liquidité, la valorisation semble loin d'être tendue.

Rédigé par Jeroen Blokland, portfolio manager chez Robeco le 10/09/2020 modifié le 10/09/2020 - 12:13


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Janvier 2021 - 10:25 Secteur du luxe : perspectives 2021


FUTURE CAC 40 : Méfiance

Hier, le future CAC 40 inaugurait la séance avec un beau gap qui lui permettait d’enjamber de manière fulgurante le seuil des 5630 points....

Situation périlleuse

Le CAC 40 semblait vouloir s’affranchir des 5610 points confirmant ainsi le sauvetage in extremis de la veille. Le discours de Janet Yellen...











glossaire bourse












Mentions légales