Bourse



Le pendule de la psychologie de l’investisseur



Dans les cycles économiques, financiers et de marché, la plupart des excès à la hausse — et les inévitables baisses qui s’ensuivent et qui ont elles aussi tendance à être excessives — sont le résultat d’oscillations exagérées du pendule de la psychologie. Par conséquent, comprendre et avoir conscience des oscillations excessives est fondamental pour éviter d’avoir à souffrir des extrêmes des cycles voire même pour essayer d’en tirer profit.

Les variations de l’émotion/de la psychologie influencent fortement les cycles économiques et les cycles des bénéfices des entreprises. Ensuite, elles jouent un rôle essentiel dans l’apparition des hausses et des baisses dans le monde de l’investissement – en particulier sur le court terme. 
 
Les variations d’humeur des marchés boursiers ressemblent aux mouvements d’un pendule. Même si le point central de son arc décrit le mieux l’emplacement du pendule « à l’équilibre », il y passe en réalité très peu de temps. Il oscille plutôt presque constamment vers un extrême de son arc ou s’en éloigne. Mais lorsque le pendule est proche de l’un des extrêmes, il est inévitable qu’il reviendra vers le point d’équilibre tôt ou tard. En fait, c'est le mouvement vers un extrême qui fournit l’énergie pour l’oscillation retour. 
 
Les marchés d’investissement obéissent à la même oscillation de type pendule :
  • entre euphorie et dépression ;
  • entre la célébration de développements positifs et l’obsession de développements négatifs ; et donc 
  • entre surévaluation et sous-évaluation.

Cette oscillation est l’une des caractéristiques les plus fiables dans le domaine de l’investissement. La psychologie de l’investisseur semble passer plus de temps aux extrêmes qu’au « juste milieu. »

J’ai listé une demi-douzaine d’éléments supplémentaires dans lesquels on peut remarquer des oscillations pendulaires : 
  • entre la cupidité et la peur,
  • entre l’optimisme et le pessimisme,
  • entre la tolérance au risque et l’aversion au risque,
  • entre la confiance et le scepticisme,
  • entre la foi dans la valeur dans le futur et la soif d’une valeur concrète dans le présent, et
  • entre l’urgence à acheter et la panique pour vendre.

Je trouve particulièrement intéressant le degré d’interrelations entre les polarités listées ci-dessus. Lorsqu’un marché monte fortement pendant un certain temps, nous voyons invariablement les neuf éléments listés en premier. Et lorsque le marché baisse, nous voyons tous les éléments listés en second. Il est très rare de voir un mélange des deux ensembles, étant donné que les composants de chacun des ensembles ont un lien causal, chacun donnant naissance au suivant.  
 
On note une oscillation d’un extrême vers l’autre ; puis l’atteinte d’un extrême qui ne peut être dépassé ; puis un retour vers le point central, alimenté par l’inversion de la dynamique. On pourrait dire que le pendule a également tendance à revenir à la moyenne ou point central mais – comme dans la plupart des cycles — il le dépasse généralement et continue vers l’extrême opposé.

Le pendule de la psychologie de l’investisseur
Howard Marks est co président et cofondateur d’Oaktree Capital Management, une importante société d’investissement qui gère plus de 120 milliards de dollars d’actifs. Il est diplômé de la Wharton School et est titulaire d’un MBA en comptabilité et en marketing de l’université de Chicago. Son précédent livre sur l’investissement, La Chose la plus importante, a été un best-seller aux Etats-Unis. Son dernier ouvrage, Mastering the Market Cycle: Getting the Odds on Your Side est traduit en français sous le titre Maîtriser les cycles du marché  aux éditions Valor.

Rédigé par Howard Marks, co président et cofondateur d’Oaktree Capital Management, le 29/05/2020 | Lu 903 fois modifié le 29/05/2020 - 19:54

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Août 2020 - 22:18 L’indice S&P 500 à son plus haut historique

Future CAC 40 : Reste à franchir

Hier, nous espérions une élévation des cours au-dessus des 5050 points et surtout un débordement des 5065 points pour justifier le choix...

Optimisme minimum

Le CAC 40 progresse symboliquement mais ne veut toujours pas s’extraire de la figure en triangle que nous évoquons depuis plusieurs jours....




glossaire bourse













Mentions légales