Conjoncture


La tendance haussière des taux se maintient


La saison des résultats a débuté du mauvais pied aux États‑Unis, alors qu’Alcoa a dévoilé des profits en deçà des attentes pour le troisième trimestre. La poursuite de la remontée des taux obligataires a aussi ennuyé quelque peu le S&P 500. Le compte rendu de la dernière rencontre de la Réserve fédérale (Fed) n’a toutefois pas causé de grande surprise. La Fed a continué de signaler qu’une hausse de taux est pour bientôt, ce que les marchés anticipent déjà.
La détérioration surprise du solde commercial chinois a entraîné une hausse d’aversion pour le risque jeudi, mais un rebond est survenu dès le lendemain. La Bourse canadienne s’est un peu mieux tirée d’affaire, alors que les titres du secteur énergétique ont profité de la vigueur du prix du pétrole. La stabilisation du prix de l’or a également aidé la composante des matériaux du S&P/TSX à récupérer une partie des pertes subies la semaine précédente.

Le climat est demeuré défavorable aux obligations et les taux ont généralement maintenu une trajectoire haussière. Au Royaume‑Uni, le taux de dix ans a rejoint 1,11 %, plus haut niveau depuis le Brexit. Après avoir effleuré le niveau de 1,80 % mercredi, le taux américain de dix ans est tombé à 1,72 % jeudi, pour remonter aux alentours de 1,77 % vendredi matin. Les bonnes données sur les prix à la consommation en Chine et les prix à la production aux États‑Unis ont facilité ce rebond. Les taux canadiens ont suivi le mouvement haussier mondial. Celui de dix ans se situait à 1,21 % vendredi matin, lui qui était à seulement 1,00 % en début de mois.

Le dollar américain a réalisé d’autres gains en début de semaine alors que les marchés continuent de se positionner pour une hausse de taux d’intérêt en décembre aux États‑Unis. Les gains du billet vert s’expliquent également par la contre-performance des devises européennes, lesquelles ont encore été pénalisées par des craintes à l’égard du Brexit, surtout en première moitié de semaine. La livre sterling s’est dépréciée aux alentours de 1,22 $ US, tandis que l’euro est descendu jusqu’à 1,10 $ US. Le taux de change japonais a été plus stable, se maintenant autour des 104 ¥/$ US. Le dollar canadien s’est déprécié mardi et mercredi pour se rapprocher de 0,75 $ US. Un rebond est survenu jeudi et la tendance s’est poursuivie vendredi, ramenant le dollar canadien à près de 0,76 $ US.

Rédigé par Jimmy Jean Économiste principal et Hendrix Vachon Économiste senior chez Desjardins, le 15/10/2016 | Lu 419 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager



Mentions légales