Conjoncture


La délicate transition chinoise

L’époque où la Chine affichait une croissance à deux chiffres est révolue


Laetitia Baldeschi, Stratégiste chez CPR AM
Laetitia Baldeschi, Stratégiste chez CPR AM
Le pays est entré, selon son président Xi Jinping, dans l’ère de la « nouvelle   normalité ». Celle d’une croissance à 7%, dont les moteurs ont évolué depuis les années 2000. Les exportations ne sont plus le fer de lance de l’économie chinoise, qui s’est recentrée sur sa consommation intérieure et sur les réformes structurelles. La vision d’une croissance stable et durable s’impose, mais pourrait se heurter en 2015 à deux problèmes.

L’immobilier demeure en effet la grande inconnue chinoise. Le morcellement de ce secteur rend son appréhension délicate. Il pèse pourtant 15 % du PIB chinois, selon le F MI, et un ralentissement des prix y est à l’œuvre. Un effondrement brutal devrait cependant être évité car  le  secteur  bénéficie  de plusieurs  facteurs  de  soutien  dont celui,  de poids,  du gouvernement. Face à un besoin structurel de logements, ce dernier a la puissance financière nécessaire pour soutenir les professionnels ou subventionner des programmes de construction, notamment de logements sociaux. Il ne semble d’ailleurs pas exclure le recours à des mesures spécifiques de soutien. Dans un pays où les options d’investissement sont peu nombreuses pour  les ménages, l’immobilier demeure également  un placement de choix.

Évolution de la croissance chinoise (cliquez pour agrandir)
Évolution de la croissance chinoise (cliquez pour agrandir)
Second risque majeur, l’endettement. Plus que son niveau, sa croissance pose problème, en particulier parmi les entreprises publiques et les gouvernements locaux.  Le sujet  est  devenu  une des  priorités du gouvernement  central. La solution passe par la maîtrise de la distribution du crédit, et donc par le crédit bancaire. La réforme des modes de gouvernance est également un signal positif, mais dont les effets ne feront sentir qu’à plus long terme.

La croissance chinoise n’est donc pas à l’abri d’à‐coups au cours de l’année. Le gouvernement a toutefois laissé entendre, lors de la 3ème session du 13ème Congrès National du Peuple, qu’il n’hésiterait pas utiliser les armes à sa disposition en cas de besoin, notamment au travers d’un assouplissement des conditions monétaires.

Rédigé par Laetitia Baldeschi Stratégiste CPR AM, le 20/03/2015 | Lu 1698 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 26 Mars 2018 - 20:21 Une guerre commerciale aura-t-elle lieu ?



Mentions légales