Conjoncture

La Fed sort l’artillerie lourde



Dimanche, la Fed a diminué de façon surprise le taux d’intérêt cible des fonds fédéraux de 100 points de base. Il se situe maintenant dans une fourchette de 0,00 % à 0,25 %.


Il est clair que la Fed voit dans l’épidémie de coronavirus une réelle menace pour l’économie américaine et pour les marchés financiers. Elle avait déjà surpris les marchés le 3 mars avec une baisse de 50 points de base. Elle a récidivé hier avec une force de frappe qu’elle n’avait encore jamais utilisée si rapidement, soit une baisse de 100 points de base. À cela s’ajoutent un nouveau programme musclé d’achats de 700 milliards de titres et une panoplie de mesures visant à stabiliser le marché du crédit. La surprise est d’autant plus grande que la prochaine réunion devait avoir lieu dans quelques jours à peine, pour une annonce de politique monétaire ce mercredi 18 mars. Il semble que les dirigeants de la Fed ne pouvaient même pas attendre 72 heures (la décision d’hier remplace cette réunion). Une telle décision n’a pas dû être prise à la légère.
La Fed démontre ainsi qu’elle est réellement inquiète des conséquences du coronavirus sur l’économie et les marchés. Du même souffle, elle montre aussi qu’elle est prête à agir afin d’aider les États‑Unis à se relever de cette problématique mondiale.
Les dommages pour l’économie seront-ils si sévères? C’est encore difficile à savoir et, pour le moment, peu d’indicateurs économiques n’affichent de chute. Tout dépendra donc de l’évolution de la maladie et aussi des politiques qui sont ou seront mises en place pour en contrôler l’ampleur. Comme on le voit dans plusieurs endroits, les actions visant à limiter le développement de la pandémie sont douloureuses pour l’activité économique. Et les marchés l’ont déjà bien ressenti. À cela s’ajoutent les effets sur la confiance et, éventuellement, sur les revenus des entreprises et des personnes directement touchées par la crise. On peut donc s’attendre à une baisse marquée du PIB réel au deuxième trimestre de 2020. Cela dit, la Fed elle-même reconnaît le haut niveau d’incertitude entourant les projections, si bien qu’elle a reporté au mois de juin la publication de ses propres prévisions.

La Fed a donné hier un grand coup en réagissant de façon agressive à la crise du coronavirus. Les taux sont maintenant au niveau considéré comme le plancher de la politique monétaire américaine et elle se tourne déjà vers des achats massifs de titres. Il est difficile de voir ce qu’elle pourrait faire de plus à très court terme.

Rédigé par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 16/03/2020 modifié le 16/03/2020 - 14:25


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 22 Juillet 2021 - 17:13 Les colombes de la BCE volent plus haut

Mardi 13 Juillet 2021 - 17:49 États-Unis : l’inflation ne dérougit pas





par Bertrand Richard le 21/07/2021

FUTURE CAC 40 : Passage à confirmer

par Bertrand Richard le 21/07/2021

Femme enceinte






glossaire bourse














Mentions légales