Conjoncture


La Fed semble prête à poursuivre la hausse des taux directeurs en juin

La Fed a gardé le taux d’intérêt cible des fonds fédéraux dans une fourchette de 1,50% à 1,75%.


Jerome Powell
Jerome Powell
L’inaction de la Fed aujourd’hui n’a rien d’étonnant. Le simple fait que cette réunion ne soit pas accompagnée de nouvelles prévisions des dirigeants de la Fed ou de conférence de presse de la part de Jerome Powell, assurait pratiquement un statu quo. Depuis le début de la normalisation des taux en 2015, aucune décision importante n’a été prise en dehors des réunions trimestrielles de mars, de juin, de septembre et de décembre. D’ailleurs, le marché à terme n’accordait qu’une probabilité de 4,6% à un relèvement des taux aujourd’hui et seulement 2 des 93 prévisionnistes sondés par Bloomberg anticipaient une hausse.

Ceci dit, le communiqué publié aujourd’hui sert quand même à mettre la table pour la prochaine réunion. En ce sens, une hausse des taux de 25 points de base en juin paraît pratiquement assurée. Si, d’un côté, la Fed mentionne la faiblesse récente de la croissance de la consommation, elle ne semble pas s’en inquiéter. La Fed n’a cependant pas réitéré sa phrase de mars où elle signalait que les perspectives économiques s’étaient améliorées. Nos scénarios anticipent tout de même que la croissance devrait afficher un rebond dès le printemps. D’un autre côté, le marché du travail demeure très vigoureux, nonobstant l’accalmie temporaire de mars. De plus, l’inflation s’est récemment approchée des cibles de la Fed. Pour la première fois depuis janvier 2017, la variation annuelle du déflateur des dépenses de consommation a atteint 2,0% en mars. Celle du déflateur de base, qui exclut les aliments et l’énergie, est passée de 1,6 % à 1,9 % entre février et mars.

​Lors de la réunion précédente, les dirigeants de la Fed tablaient sur deux autres hausses de taux directeurs en 2018. Toutefois, ils étaient cependant bien proches d’en signaler trois. Ils pourraient franchir ce pas en juin si l’inflation montre un peu plus de dents et si l’économie, stimulée par les politiques budgétaires du gouvernement fédéral, affiche réellement un rebond.

Implications

Nos scénarios sont semblables à ceux établis en mars par la Fed et deux autres hausses de taux directeurs sont à prévoir cette année, soit probablement en juin et en septembre. Cependant, une augmentation supplémentaire pourrait facilement survenir.

Rédigé par Françis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 02/05/2018 | Lu 176 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Mai 2018 - 18:12 Tensions sur les prix du pétrole



Mentions légales