Conjoncture


La Fed maintient le statu quo

Croissance économique un peu plus forte et inflation un peu plus faible... La Fed a gardé inchangé le taux d’intérêt cible des fonds fédéraux. Il se situe encore dans une fourchette de 2,25 % à 2,50 %.


Jerome Powell
Jerome Powell
Les dirigeants de la Fed n’ont pas dévié du chemin emprunté depuis le début de l’année. Le statu quo est toujours de mise et ils ne semblent pas prêts à modifier les taux directeurs... ni même pour une baisse comme le souhaiterait le président des États-Unis. D’ailleurs, le marché à terme escomptait à 97,4 % que la cible des taux ne serait pas modifiée et, selon Bloomberg, aucun des 90 prévisionnistes sondés ne voyait de changement.

Pour la Fed, la prudence reste donc de mise. Ses dirigeants font état de la croissance meilleure que prévu de l’économie américaine au premier trimestre. Le communiqué du mois de mars mentionnait un ralentissement de l’activité, mais le PIB réel s’est plutôt accéléré en début d’année, passant de 2,2 % à l’automne 2018 à 3,2 % au premier trimestre de 2019. Du même souffle, la Fed reconnaît que cette croissance s’est effectuée malgré un ralentissement de la consommation et de l’investissement. Elle semble cependant se réjouir du rebond des embauches en mars après la contre-performance de février.

Si les signes sont un peu plus positifs à court terme pour l’économie, l’inflation affiche, de son côté, davantage de faiblesse. La variation annuelle du déflateur des dépenses de consommation est tombée à seulement 1,4 % au premier trimestre, le plus bas taux depuis l’été 2016. Comme l’inflation s’éloigne de la cible officielle de 2 %, la Fed n’envisagera pas de hausser ses taux à court terme, et ce, même si la croissance du PIB réel se montre plus rapide que prévu. Toutefois, selon les propos de Jerome Powell en conférence de presse, l’inflation n’est pas assez faible pour que la Fed passe à une politique monétaire plus accommodante, d’autant plus que les anticipations d’inflation demeurent relativement stables.

La Fed prévoit déjà un statu quo pour toute l’année 2019. Il faudrait que l’inflation diminue davantage et de façon persistante pour la convaincre de diminuer ses taux directeurs.

Rédigé par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 01/05/2019 | Lu 205 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >

Future CAC 40 : Cherche tendance

Hier, nous avons indiqué qu’un turbo call CAC 40 pouvait être envisagé si le future se maintenait bien au-dessus des 5500 points, bas de...









glossaire bourse





Mentions légales