Conjoncture

La Fed fait un petit pas de plus vers une réduction des achats d’obligations



La Fed garde le taux d’intérêt cible des fonds fédéraux dans sa fourchette de 0,00 % à 0,25 %. Elle prévoit maintenir cette fourchette jusqu’à ce que les conditions du marché du travail soient compatibles avec les objectifs de plein emploi et que l’inflation atteigne 2 % et soit en voie de dépasser modérément 2 % pendant un certain temps.


Le président de la Fed, Jerome Powell
Le président de la Fed, Jerome Powell
Il était évident que la Fed n’annoncerait aucun changement majeur à sa politique monétaire à sa rencontre de juillet. Un premier pas vers une éventuelle réduction de ses achats de titres obligataires a été franchi en juin, alors que les dirigeants de la Fed ont reconnu avoir amorcé les discussions sur ce sujet. Un signal plus officiel restait toutefois nécessaire avant d’annoncer ce fameux taper. Le principal intérêt de la rencontre d’aujourd’hui était de voir si la Fed était maintenant assez confiante dans la reprise, ou assez inquiète de l’inflation, pour aller plus loin.

Finalement, les dirigeants de la Fed ont décidé de franchir un pas de plus aujourd’hui en modifiant leur communiqué pour signaler que l’économie américaine avait fait des progrès vers leurs objectifs d’emploi et d’inflation depuis décembre dernier. La Fed continuera d’évaluer ces progrès au cours des prochaines rencontres.
En conférence de presse, le président de la Fed, Jerome Powell, a indiqué vouloir observer d’autres progrès du côté du marché du travail avant d’annoncer le taper.
Tout en continuant de surveiller la situation de près, il ne semblait pas trop inquiet des effets économiques de la récente augmentation des cas de COVID‑19.

Implications

Tout en gardant une grande marge de manœuvre pour la suite des choses, la Fed a franchi un pas de plus vers l’amorce d’une réduction graduelle de sa politique quantitative. La rencontre de Jackson Hole à la fin du mois d’août pourrait être l’occasion d’un signal plus clair, si elle désire passer de la parole aux actes dès la rencontre de septembre. Au-delà du moment exact du début du taper, qui dépendra des données économiques et de l’évolution de la pandémie, il faudra surveiller le rythme auquel les achats d’obligations seront réduits et la possibilité que la Fed décide de mettre fin plus rapidement aux achats de titres hypothécaires pour réduire les risques d’une surchauffe immobilière.

Rédigé par Par Mathieu D’Anjou, CFA, directeur et économiste en chef adjoint chez Desjardins, le 28/07/2021 modifié le 28/07/2021 - 23:54


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >




par Bertrand Richard le 23/09/2021

FUTURE CAC 40 : L'art de la communication

par Bertrand Richard le 23/09/2021

Du grand art !






glossaire bourse














Mentions légales