Conjoncture


La FED prépare le terrain à une prochaine hausse de taux

La Réserve fédérale (Fed) a maintenu sa politique inchangée comme attendu, mais a continué de signaler un resserrement d’ici la fin de l’année.


La Réserve fédérale (Fed) semble maintenant plus près d’une prochaine hausse de taux. Le communiqué publié à la suite de la réunion qui s’est terminée mercredi mentionne clairement que les arguments en faveur d’un nouveau resserrement monétaire ont pris de l’ampleur. De plus, fait rare, on note trois dissidences envers la décision de ne pas bouger à cette réunion. Trois présidents de Fed régionales (Esther George de Kansas City, Loretta Mester de Cleveland et Eric Rosengren de Boston) ont voté pour que le haut de la cible passe immédiatement de 0,50 % à 0,75 %.
Il reste maintenant à voir si la conjoncture économique sera assez satisfaisante pour soutenir une décision de hausser les taux plus tard cette année alors que la Fed a tendance à faire preuve d’une extrême prudence.
Nos scénarios tablent sur une bonne croissance du PIB réel au cours du second semestre de l’année. Ainsi, la Fed pourra aller de l’avant, probablement lors de la réunion du 14 décembre… si les résultats électoraux ne causent pas trop d’émois.

Les mises en chantier ont diminué de 5,8 % en août après un gain total de 7,5 % au cours des deux mois précédents. Le niveau annualisé est passé de 1 212 000 unités en juillet (le plus élevé depuis février) à 1 142 000. Ce ressac provient à la fois des maisons individuelles (-6,0 %) que des logements multiples (-6,9 %). Les permis de bâtir sont demeurés relativement stables avec une baisse de 0,4 %, pour passer de 1 144 000 à 1 139 000 unités.

Les ventes de maisons existantes ont diminué de 0,9 % en août après une baisse de 3,4 % en juillet. Un résultat décevant puisque le consensus s’attendait à une hausse notable. Le niveau annualisé passe de 5 380 000 unités en juillet à 5 330 000 en août, soit le plus bas depuis février. La baisse provient surtout des maisons individuelles (-12,3 %) alors que la revente de copropriétés a bondi de 10,5 %.

L’indicateur avancé a diminué de 0,2 % en août alors qu’une stagnation était prévue. Ce recul fait suite à deux hausses consécutives. Les contributions négatives sont venues des heures travaillées, de l’indice ISM, des demandes d’assurance-chômage et des permis de construire.

Rédigé par Jimmy Jean, Économiste principal et Hendrix Vachon, Économiste senior chez Desjardins le 24/09/2016 | Lu 333 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager



Mentions légales