Conjoncture


« L'économie chinoise est en train de ralentir, mais la qualité de la croissance s'améliore »

Les investisseurs, pour la plupart, s’attendent à ce que le ralentissement de l’économie chinoise se poursuive. Ils s’inquiètent également de savoir si la consommation des ménages sera suffisante pour remplacer les anciens moteurs que sont le développement immobilier et les dépenses d’infrastructures.


Jasmine Kang
Jasmine Kang
Pour Jasmine Kang, gérante de fonds actions chinoises chez Comgest, ce rééquilibrage de l’économie est déjà en train de se produire : « près de 80 % de la croissance du PIB chinois provient aujourd’hui des services, alors qu’en 2011, ce chiffre se situait aux alentours de 40 %. Il est, cependant, légitime de s’interroger sur la capacité des réformes en cours, comme celles du secteur financier, de la santé et des entreprises publiques, à améliorer la qualité de la croissance chinoise. »

Peut-on se fier aux statistiques officielles ?

De nombreux investisseurs affirment que le chiffre de la croissance officielle à 7 % sur le 1er semestre 2015, n’est pas cohérent avec d’autres chiffres économiques, tels que la demande d’électricité, la formation de crédit ou les mises en chantier de logements. Pour Comgest, les anciens indicateurs ne reflètent pas forcément certaines tendances positives alors que ceux de la nouvelle économie, tels que les prix de l’immobilier résidentiel, le nombre de passagers aériens, la croissance des abonnements 4G de China Mobile ou les recettes brutes du box office, font tous preuve de résilience. Ainsi, l’indice MSCI China hors énergie n’a pas baissé en 2015, alors que le MSCI China a baissé de 5% sur la même période. La consommation d’énergie avance à un rythme plus lent tandis que le reste de l’économie se maintient. S’il est possible de douter de la qualité des statistiques officielles de croissance, la marge d’erreur pourrait être beaucoup plus faible que celle perçue par le marché. 

La consommation sera-t-elle suffisante pour compenser le déclin de certains secteurs de l’économie ?

Si certaines enseignes de consommation comme McDonald, TingYi (première société chinoise de nouilles instantanées) ou des marques de luxes ont publié deschiffres négatifs en provenance de Chine, d’autres sociétés comme Uniqlo ou Nike continuent d’afficher une croissance de plus de 20 %. Chez Comgest, nous constatons que les comportements évoluent de façon très rapide en Chine avec l’expansion du commerce en ligne et le nombre croissant de jeunes consommateurs. Malgré ces changements, le taux de croissance global du commerce de détail en Chine reste solidement ancré à plus de 10 %.
L’énorme demande en provenance de 1,3 milliards de personnes est le principal atout de la Chine. Le secteur tertiaire, qui pèse désormais près de 50% de l’économie totale et affiche toujours une croissance à deux chiffres, continuera d’alimenter la croissance et le rééquilibrage de l’économie chinoise.

Le niveau élevé d’endettement va-t-il retarder la mise en œuvre des réformes ?

Certes, le ratio de la dette totale de la Chine rapportée au PIB est supérieur à 200 % mais, pour Comgest, le gouvernement a pris conscience du problème et travaille à différentes manières de contenir le risque. Plusieurs mesures sont en place, comme par exemple une plus grande rigueur et une transparence accrue dans les emprunts des collectivités locales, l’ouverture graduelle du marché des capitaux et l’intégration du RMB aux DTS. Nous n’avons pas encore vu de défaillance de grande ampleur au sein du système financier ou parmi les entreprises. Le gouvernement chinois a, au contraire, le mérite d’avoir préservé la stabilité du marché immobilier, les prix restant stables alors que les projets continuent de s’écouler. 

Nous pouvons donc en conclure que l’économie chinoise est en train de ralentir, mais que la qualité de la croissance s’améliore, avec un risque relativement bien maîtrisé. 

Rédigé par Jasmine Kang, gérante de fonds actions chinoises chez Comgest, le 10/12/2015 | Lu 1579 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Juillet 2018 - 16:09 L’offre de pétrole est menacée




Mentions légales