Conjoncture



L’économie américaine se rétablit peu à peu des problèmes causés par la COVID-19


L’enquête auprès des entreprises indique qu’il y a eu 4 800 000 embauches nettes en juin, après un gain de 2 699 000 en mai et une perte de 20 787 000 en avril. Le taux de chômage a reculé pour passer de 13,3 % à 11,1 %. L’enquête auprès des ménages affiche une création de 4 940 000 emplois. La population active a augmenté de 1 705 000 personnes.


Encore une fois, la création d’emplois a surpris à la hausse alors que le résultat de juin est supérieur aux attentes. L’étonnement n’est toutefois pas aussi grand qu’en mai, où la création d’emplois publiée contrastait grandement avec les mises à pied attendues.

Encore une fois, les principaux gains du marché du travail sont venus des secteurs où l’emploi a le plus chuté en mars et en avril. On pense avant tout à la restauration, mais aussi aux autres secteurs liés aux loisirs, qui ont gagné 365 900 travailleurs, et à l’hôtellerie, qui en gagné 238 600. La santé a récupéré à elle seule 358 000 emplois, dont 190 400 chez les dentistes. Il y a eu 148 900 postes gagnés dans les services d’aide temporaire et 67 600 chez les grossistes.
L’ensemble des gains est évidemment encourageant. Toutefois, le manque à gagner demeure très élevé.
Les mois d’avril et de mai ont, ensemble, amené 22 160 000 pertes d’emplois. Les gains cumulés de mai et de juin sont de « seulement » 7 499 000. Il reste à combler 757 000 emplois dans la fabrication, 1 273 100 chez les détaillants, 1 830 000 dans les services professionnels, 1 814 000 dans la santé et l’éducation, 4 827 000 dans les loisirs, l’hôtellerie et la restauration et 1 469 000 dans l’administration publique. Il faudra plusieurs trimestres pour récupérer ces emplois. D’ailleurs, l’enquête auprès des ménages fait état que, si 10 565 000 travailleurs sont encore considérés comme étant mis à pied temporairement, il y en a tout de même 2 883 000 pour lesquels la perte d’emplois est considérée comme permanente (en hausse de 588 000 depuis mai). 

L’économie américaine se rétablit peu à peu des problèmes causés par la COVID-19. Il faudra toutefois être très patient avant de voir la situation revenir à la normale, surtout que la recrudescence des cas de COVID-19 dans plusieurs États risque de ralentir la reprise de l’économie.

Rédigé par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 02/07/2020 | Lu 352 fois modifié le 02/07/2020 - 17:16

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Juillet 2020 - 19:52 Baisse historique du PIB réel aux États-Unis

FUTURE CAC 40 : Digestion

Hier, nous nous étions calés sur la résistance des 5050 points voyant en celle-ci un point de ralliement pour les vendeurs. Un turbo put...

Bonne humeur

Le CAC 40 amplifie son sursaut de la veille dans un volume clairsemé en raison de la période estivale mais toutefois plus conséquent que...




glossaire bourse













Mentions légales