Bourse

Investir dans l'industrie du vélo



Des opportunités cachées dans la lutte contre le changement climatique : Pourquoi l'industrie du vélo devrait rester attractive pendant longtemps.


Tim Bachmann, gérant du fonds DWS Invest ESG Climate Tech fund
Tim Bachmann, gérant du fonds DWS Invest ESG Climate Tech fund
« Lorsqu'il s'agit de décarboniser le secteur des transports, l'un des quatre principaux émetteurs de CO2, la plupart des gens ont jusqu'à présent pensé aux piles à combustible et aux moteurs électriques et hybrides pour les voitures et les camions. Très peu savaient que les vélos pouvaient également y contribuer de manière significative », explique Tim Bachmann, qui gère actuellement le fonds DWS Invest ESG Climate Tech, avec environ 275 millions d'euros d'actifs sous gestion. En effet, environ trois quarts des gaz à effet de serre produits dans le secteur des transports sont générés dans les transports urbains, c'est-à-dire sur des itinéraires aussi aménagés pour les vélos.

Entre-temps, il s'est avéré que de plus en plus de personnes « sont passées de la voiture au vélo pour les petits trajets ». En témoignent les délais de livraison de vélos, qui sont passés à douze mois. L'augmentation supérieure à la moyenne de 40 % des ventes de vélos-cargos au cours de l'année écoulée laisse également penser que la bicyclette remplace de plus en plus la voiture dans le quotidien des citadins.

Les vélos électriques devraient stimuler la croissance de l'industrie de la bicyclette

À l'heure actuelle, le marché mondial des bicyclettes traditionnelles et des vélos électriques, qui s'élève à environ 45 milliards de dollars, est déjà à la hauteur de ses homologues que sont les motos, 39 milliards de dollars, et les camping-cars, 50 milliards de dollars. Selon M. Bachmann, la croissance dans les années à venir devrait être tirée par les vélos électriques : Alors qu'à peine un million de ces vélos ont été vendus en Europe en 2015, leur nombre était déjà d'environ 3,8 millions en 2020 et devrait tripler pour atteindre près de 12 millions en 2025. « Avant tout, l'amélioration de l'autonomie des batteries assurera une acceptation croissante par tous les groupes d'âge et toutes les classes sociales », explique l'expert en ESG.
Le tableau est inversé pour les vélos traditionnels : alors qu'en 2015, environ 20 millions de ces vélos traversaient encore les comptoirs, ils n'étaient plus que 17 en 2020 et ne devraient plus être que 16 millions en 2025.
Outre l'augmentation générale de la prise de conscience des conséquences potentiellement dramatiques du changement climatique, les incitations financières sont également susceptibles d'avoir encouragé de nombreuses personnes à passer au vélo. « Dans le cadre du "Green Deal" de l'UE, par exemple, 20 milliards d'euros sont disponibles pour promouvoir la mobilité urbaine. La majorité de ces fonds seront utilisés pour l'extension des pistes cyclables, mais une partie servira également à subventionner l'achat de nouveaux vélos. En Italie, par exemple, vous recevez jusqu'à 500 euros pour l'achat d'un vélo », explique M. Bachmann.

Selon lui, l'infrastructure, qui a déjà été améliorée à bien des égards, a également contribué à la demande : « Dans les villes, les places de stationnement et les routes sont réduites et remplacées par des pistes cyclables ou des voies partagées pour vélos et bus. En outre, le stationnement sur les pistes cyclables est plus sévèrement sanctionné, la distance à parcourir pour dépasser dans et hors des villes doit être plus grande et les camions ne sont plus autorisés à rouler qu'à la vitesse du pas pour tourner. Cela rend la route un peu plus sûre pour les cyclistes », explique M. Bachmann, qui a parcouru environ 8 000 kilomètres l'année dernière en tant que coureur cycliste passionné.

Le quasi-oligopole rend les fournisseurs particulièrement intéressants

Comme dans le secteur automobile, les investisseurs peuvent également investir dans l'industrie de la bicyclette, soit par le biais des actions des fabricants, soit par celui des fournisseurs.
« Les fournisseurs qui ont un quasi-oligopole avec des parts de marché importantes, des marges élevées, de bons bilans et un fort pouvoir de fixation des prix sont particulièrement intéressants »
, explique le gestionnaire de portefeuille. Il s'agit, par exemple, des fournisseurs de moteurs, de freins et de cellules de batterie spécialement développés et produits pour les vélos électriques.

Bien que les fournisseurs, comme la plupart des fabricants, soient actuellement comparativement très valorisés, l'industrie du vélo présente également de très bonnes perspectives. « Les capacités sont utilisées à 80 ou 90 %. Les délais de livraison sont de neuf à douze mois – dans certains cas, il n'y a rien du tout de disponible. Les entreprises peuvent donc ajuster rétroactivement les prix des bicyclettes et des composants commandés l'année dernière, de dix pour cent dans certains cas », explique M. Bachmann.

Il y a aussi une croissance envisageable à long terme. La diffusion des bicyclettes électriques en Europe est déjà assez élevée. Par exemple, en Allemagne, la part des nouvelles ventes annuelles est de 30 pour cent, aux Pays-Bas même de 50 pour cent. « Mais en Grande-Bretagne et aux États-Unis, elle n'est que de 1% à 2%. Et dans ces deux pays, les subventions, qui sont dans le pipeline à différents degrés de maturité, peuvent créer une demande supplémentaire. Ce sujet est encore sous le radar de nombreux investisseurs et offre donc un potentiel », prévoit le gérant de portefeuille.

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le 30/03/2021 modifié le 30/03/2021 - 10:40


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Avril 2021 - 11:49 Des poches d'exubérance

Vendredi 16 Avril 2021 - 23:50 Une autre bonne semaine pour les Bourses





par Bertrand Richard le 20/04/2021

FUTURE CAC 40 : Encadré

par Bertrand Richard le 20/04/2021

Où sont-ils ?






glossaire bourse














Mentions légales