Conjoncture


États-Unis : l’ISM manufacturier est passé sous la barre de 50

L’indice ISM manufacturier a diminué en août pour passer de 51,2 à 49,1. C’est la première fois depuis août 2016 qu’il descend sous la barre de 50.


L’ISM manufacturier peut passer sous la barre de 50 sans signaler une contraction de l’économie
L’ISM manufacturier peut passer sous la barre de 50 sans signaler une contraction de l’économie
Pour la première fois en trois ans, l’indice ISM manufacturier est passé sous la barre de 50, qui fait la différence entre une croissance et une contraction de la fabrication aux États-Unis. Cette nouvelle baisse représente le cinquième recul mensuel consécutif de cet indicateur. Il faut revenir en 2015 pour observer une série négative si longue. La baisse totale de l’indice est aussi loin d’être négligeable. Il se situait au-dessus de 60 il y a un an.

Bien qu’une chute de l’ISM et, surtout, son passage sous 50 soient des signes supplémentaires que tout ne tourne pas rond au sein de l’économie américaine, il ne faut pas conclure trop vite à un retournement complet de la conjoncture. Les passages sous 50 ne sont pas toujours accompagnés d’une récession. En fait, il y en a déjà eu deux (2012-2013 et 2015-2016) au cours du présent cycle de croissance. Pour être un signe probant de récession, il faut que l’indice tombe nettement plus bas (l’Institute for Supply Management mentionne un niveau de 42,9) et surtout que les mauvaises nouvelles aillent au-delà du secteur de la fabrication. Rappelons que ce secteur ne représente qu’environ 11 % du PIB américain et 9 % des emplois non agricoles.
La baisse de l’ISM est néanmoins une mauvaise nouvelle pour l’économie américaine. Elle signale que les États-Unis souffrent d’une économie interne et mondiale fragilisée par la guerre commerciale.
D’ailleurs, le niveau de 43,3 enregistré par la composante liée aux exportations est le plus faible depuis avril 2009, soit en plein creux de la Grande Récession. La baisse de la composante liée aux nouvelles commandes suggère que la croissance de l’investissement des entreprises risque de demeurer lente. Le passage de la composante « emploi » sous la barre de 50 signale que l’embellie des embauches au sein de la fabrication observée en juin et en juillet pourrait être éphémère.

Implications

Le passage de l’indice ISM sous la barre de 50 est de mauvais augure pour l’économie américaine, mais il est tout de même loin d’être une condition suffisante pour croire à une récession imminente. Il donne cependant toute la latitude nécessaire à la Réserve fédérale, qui devrait diminuer à nouveau ses taux directeurs lors de sa réunion du 18 septembre.

Rédigé par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 03/09/2019 | Lu 367 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Septembre 2019 - 21:59 Fed : l’ajustement de mi-cycle se poursuit


Future CAC 40 : Gadin

Vendredi, nous avons conseillé une grande méfiance. En effet, la séance se voulait très technique avec l’expiration de nombreux contrats à...











glossaire bourse





Mentions légales