Conjoncture

États-Unis : création d’emplois décevante en avril



L’enquête auprès des entreprises indique qu’il y a eu 266 000 embauches nettes en avril, après un gain de 770 000 emplois (révisé de 916 000) en mars.


Après la forte croissance préalablement annoncée pour le mois de mars (maintenant revue à la baisse de 146 000), un autre fort gain de l’emploi était largement prévu pour le mois d’avril. Les 266 000 embauches sont donc particulièrement décevantes, représentant à peine plus du quart de ce qui était anticipé. On savait qu’une partie du gain de mars provenait d’un rebond à la suite de la température maussade de février. Toutefois, on pouvait espérer que l’impulsion issue de la réouverture des services les plus touchés par la pandémie prendrait le relais en avril. Ça n’a pas été le cas.
La restauration et d’autres secteurs associés aux loisirs, aux spectacles et à l’hôtellerie ont repris des forces, mais plusieurs autres secteurs se sont montrés très décevants.
On remarque ainsi 111 400 pertes d’emplois dans les services d’aide temporaires, 49 200 mises à pied nettes au sein des épiceries, 27 000 pertes dans la fabrication d’automobiles et 19 600 emplois en moins dans les services privés d’éducation. Tous ces reculs ont des raisons différentes, comme le manque de pièces pour le secteur automobile ou un retour vers la normale dans la restauration qui nuit aux épiceries. On sent néanmoins que l’élan du mois de mars s’est brisé. Seulement 60,1 % des 257 secteurs répertoriés ont enregistré un gain d’emplois en avril, comparativement à 74,7 % en mars. On espère beaucoup mieux pour le mois de mai.
La déception causée par le marché du travail du mois d’avril semble justifier la patience de la Réserve fédérale (Fed), qui ne signale toujours pas de changement à sa politique monétaire.
La réouverture plus grande de l’économie devrait cependant générer tôt ou tard une accélération des embauches qui devrait à son tour inciter la Fed à envisager un début de normalisation de sa politique monétaire.

Rédigé par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 07/05/2021 modifié le 07/05/2021 - 18:34


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 14 Septembre 2021 - 17:19 États-Unis : la hausse des prix se calme un peu





par Bertrand Richard le 16/09/2021

FUTURE CAC 40 : Beau rétablissement

par Bertrand Richard le 16/09/2021

Le luxe devenu un luxe






glossaire bourse














Mentions légales