Conjoncture

États-Unis : chute des ventes au détail et de la fabrication en février



Les ventes au détail ont chuté de 3,0 % en février, après une forte hausse de 7,6 % en janvier (révisée de 5,3 %). La production industrielle a chuté de 2,2 % en février, après un gain de 1,1 % en janvier.


Malgré la baisse, les ventes au détail suggèrent une forte hausse de la consommation, et ce, avant même le gain attendu en mars.
Malgré la baisse, les ventes au détail suggèrent une forte hausse de la consommation, et ce, avant même le gain attendu en mars.
La baisse de 3,3 % des ventes excluant les automobiles et l’essence est un résultat bien pire que ce à quoi s’attendait le consensus des prévisionnistes. Elle est cependant facilement explicable, et ce, encore plus avec l’importante révision haussière aux chiffres du mois de janvier. Deux facteurs ont essentiellement provoqué le ressac. Premièrement, c’est un effet normal après le bond du premier mois de l’année, une hausse elle-même appuyée par l’aide fédérale de plus de 900 milliards de dollars qui a été adoptée à la toute fin de 2020 et qui allouait un montant de 600 dollars par personne jusqu’à un certain niveau de revenu en plus de bonifications à l’assurance-chômage. La baisse de février représente donc un essoufflement de l’effet initial de cette allocation. Deuxièmement, il y a eu les difficultés météorologiques qui ont sévi à la mi-février avec une importante tempête hivernale et un temps très froid sur une bonne partie des États-Unis. Ces perturbations ont évidemment nui aux dépenses des ménages en février.
On peut avoir bon espoir que la situation de mars sera beaucoup plus positive alors que les montants individuels de 1 400 dollars alloués par le nouveau plan d’aide de 1 900 milliards de dollars ont commencé à être distribués.
Le facteur météorologique a aussi beaucoup nui à la production industrielle en février. La Réserve fédérale estime que sans la tempête et le temps froid, la baisse de la fabrication aurait été de seulement 0,5 % et le secteur minier aurait progressé de 0,5 %. La production dans le secteur de l’automobile (-8,3 % en février) a, de son côté, aussi été affectée négativement par la pénurie mondiale de pièces électroniques. Le bond de 7,4 % de la production d’énergie s’explique par le temps très froid qui a exacerbé la demande de chauffage. Les effets de la météo en février devraient se renverser rapidement avec le retour à des conditions plus normales.

Implications

Avec un ressac post-stimulus et une météo défavorable, le mois de février paraît bien négatif pour la conjoncture économique. Toutefois, l’arrivée d’une nouvelle aide dès mars et d’une météo plus normale contrebalancera ce passage à vide et la croissance du PIB réel américain devrait se montrer très forte au premier trimestre.

Rédigé par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins, le 16/03/2021 modifié le 16/03/2021 - 19:13


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Nouveau commentaire :
Twitter

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que BourseTrading.info a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que le site BourseTrading.info ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent notre charte.

Dans la même rubrique :
< >




par Bertrand Richard le 10/05/2021

FUTURE CAC 40 : Jusqu'où?

par Bertrand Richard le 10/05/2021

Records en série






glossaire bourse














Mentions légales