Bourse

Election américaine et marchés financiers : le plus mauvais scénario ?



Un constat s’impose, la vague bleue n’aura pas lieu. Et non seulement elle n’aura pas lieu mais il faudra potentiellement attendre plus longtemps que prévu pour avoir le nom du prochain président américain.


Et au-delà  du nom du futur président, on semble s’orienter vers une absence de majorité au Congrès avec une Chambre des représentants qui resterait démocrates et un Sénat à majorité républicaine.
Donald Trump a commencé à contester l’élection sur Twitter laissant entendre que l’opposition cherchait à « voler » l’élection et qu’il ne « laissera pas faire ». Puis il a indiqué quelques minutes plus tard lors d’une intervention orale qu’il irait jusqu’à la Cour Suprême, parlant même de « fraude » électorale. Ce pourrait donc bien être le scénario du pire pour les indices qui tablaient ces dernières 48 heures notamment sur un scénario clair avec un président connu rapidement ainsi qu’une majorité claire au Congrès pour gouverner.
Car l’enjeu pour les marchés dans les jours et les semaines qui viennent est d’avoir un maximum de visibilité sur le plan de soutien économique qui n’avait pas pu être négocié au Congrès en raison de l’enjeu électoral et de la composition des deux chambres. On pourrait donc se retrouver avec les mêmes blocages politiques si la configuration politique restait la même qu’avant l’élection.
Le scénario d’une contestation de l’élection par les deux candidats serait le pire pour les marchés financiers car il freinerait la mise en place de mesures importantes.
Cela ajouterait également à l’incertitude concernant la politique étrangère des Etats-Unis et notamment vis-à-vis de l’Europe ou encore de la Chine sur les questions commerciales notamment.
Le yuan s’est brutalement déprécié face au dollar ces dernières heures, retombant même brièvement à son plus bas niveau depuis début octobre en raison de cet fort degré d’incertitude politique. Les Futures sur indices européens ont accéléré à la baisse après l’interlocution de Donald Trump.
On note également un fort repli du taux 10 ans américain, ainsi qu’un repli du pétrole mais également du cuivre, marqueur important de l’appétit pour le risque au niveau mondial. Donc plusieurs signaux d’un « risk-off » sur les marchés mondiaux en attendant que ce brouillard politique s’éclaircisse. 
Dans ce contexte très tendu l’intervention de la Réserve Fédérale sera particulièrement surveillée.

Rédigé par Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marché chez IG France, le 04/11/2020 modifié le 04/11/2020 - 09:25


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

FUTURE CAC 40 : Passage contrarié

Hier, nous aurions plutôt été enclins à croire à des transactions limitées au sein d’un petit couloir de transaction 5540-5560 points....

Pas de retracement

Le CAC 40 ne se décide pas à reculer même si pour autant il vient à manquer de carburant. Les annonces de vaccins qui plus est très bientôt...








glossaire bourse












Mentions légales