Info Bourse >>


CAC 40 :


Le CAC 40 se rapproche clairement de son plus haut annuel, soit celui atteint le 4 janvier sur la base d’un gap baissier d’ouverture et laissé ouvert depuis. Les volumes ne sont toujours pas très étoffés mais les investisseurs présents se laissent porter par les cours du pétrole. L’échec de la réunion de Doha semble déjà un très loin souvenir et la grève des ouvriers au Koweit suffit à maintenir les cours comme si un conflit salarial dans ce petit pays pouvait enrayer la pléthore d’offre. Le prétexte est néanmoins suffisant pour les acheteurs qui permettent ainsi au CAC 40 de dessiner une nouvelle bougie blanche porteuse d’un espoir, celui d’un gain positif pour l’année, à l’instar de ceux engrangés par les marchés américains.

Aux Etats-Unis, outre la bonne tenue des cours du pétrole, on continue de saluer les résultats d’entreprises qui ne sont pas « pires » que les prévisions. On apprécie plus particulièrement les accroissements de chiffres d’affaires, gages de profits pour les trimestres à venir et démonstration de ce que les cicatrices de la crise de 2008 s’estompent bel et bien. La grosse ombre au tableau du jour venait d’IBM. Les investisseurs s’inquiètent d’une activité qui ne cesse inexorablement de décliner. Le secteur technologique en pâtît mais le S&P 500 continue, lui, de se rapprocher des ses plus hauts historiques.

La grève au Koweït est déjà terminée donc les cours du pétrole reculent ce matin. Cela vaudra au CAC 40 de subir certainement quelques prises de bénéfices. Le raisonnement demeure pour le moins infantile mais il est le seul à donner la tendance. Il faudrait de vraies surprises (bonnes ou mauvaises) de la part des entreprises pour qu’il en soit autrement. On continuera de se méfier de l’absence de vrais volumes, les châteaux de cartes ne sont pas les plus solides, autre constat infantile.


Rédigé par Bertrand Richard le 20/04/2016 | Lu 471 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >



Mentions légales