Blog de Bertrand Richard


CAC 40 : Parfait attentisme


Le CAC 40 a bien tenté un rebond en début de séance mais l’ouverture des marchés américains en baisse sensible a fait fuir les quelques valeureux acheteurs qui voulaient croire à une chasse aux bonnes affaires. Les cours du pétrole poursuivent leur descente aux enfers et certains n’hésitent pas à évoquer des prix de l’ordre de 40 dollars le baril ! Les tensions déflationnistes ne relèvent donc plus du fantasme car même la Chine doit faire face à une inflation en régression. Le CAC 40 perd ainsi plus de 4 % sur la semaine et dessine une nouvelle bougie noire qui enfonce nettement le support intermédiaire des 4240 points ouvrant la voie des 4110 points.


Aux Etats-Unis, il était dit que le paquebot haussier était indestructible et que rien ne pouvait entraver sa progression. Les déboires chinois ou européens ne passaient pas les océans et, dans sa bulle, le marché ne devait que prendre en compte le renouveau économique. La baisse des cours du pétrole pouvait même être considérée comme une aubaine pour la consommation car ce qui ne se paie plus à la pompe se retrouverait dans la poche des entreprises technologiques, notamment. Oui mais, il ne faut pas non plus toucher aux grands équilibres économiques et le choc pétrolier est, cette fois ci, trop violent pour ne pas inquiéter. Les grands indices se décident donc à décrocher.

Le CAC 40 risque bien de connaître une nouvelle séance assez agitée car il est de nouveau question de la BCE. Elle doit prêter des sommes considérables aux banques (LTRO) contre l’engagement de ces dernières d’assurer du crédit aux entreprises comme aux particuliers. Si les banques rechignent à se servir, la BCE pourrait alors se lancer dans un vaste programme de rachats d’actifs notamment des obligations souveraines. Une telle décision peut plaire aux marchés mais la critique de la formation d’une bulle spéculative n’est pas dénouée de fondements. De quoi laisser perplexes des opérateurs qui par nature aspirent à la sérénité. Sans retour franc au-dessus des 4240 points, la venue du père Noël ne doit pas être escomptée.

Rédigé par Bertrand Richard le 11/12/2014 | Lu 61 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager



Mentions légales