Info Bourse >>


CAC 40 : Cadeaux ou pas ?


Il est des moments dans la vie d’un observateur ou d’un analyste plus difficiles que d’autres. En effet, il arrive de ressentir des épisodes de solitudes très intenses où l’on sait que l’on ne croit rien comprendre car le comportement du plus grand nombre ne correspond absolument pas à sa propre logique ou simplement intuition. Pourquoi cette hausse pratiquement inconsciente alors même que le Brexit venait tout juste de délivrer ses enseignements encore chauds comme la première fournée du boulanger ? Ainsi, une vraie crainte s’emparait de nous à l’idée même de susurrer des positions acheteuses. Nécessairement, il n’est pas agréable d’avouer sa lâcheté et de ne pas participer à une mêlée résolument optimiste. Notre tétanisation ne pouvait se solder que par un mea culpa car il était impossible que les marchés puissent aussi lourdement se tromper pour la seconde fois à quelques semaines d’intervalles. L’élection de Donald Trump est une catastrophe si l’homme ne renonce pas rapidement à ses délires. Elle aura eu le mérite de nous conforter dans l’idée qu’il faut toujours s’abstenir quand sa propre intuition ne correspond pas à celle du marché. Nous aurions pu voir un train d’achat passer et ce n’est pas grave car il y en a tant d’autres. En revanche, en ne pariant pas, l’accident est évité…


Aux Etats-Unis, la gueule de bois sera de rigueur car les portes de d’une incertitude historique sont grandes ouvertes. Depuis le généreux élan américain pour sauver l’Europe du démon nazi, il était acquis que le libre échangisme mondial, certes ouvert sur tant d’excès, ne pouvait que permettre une amélioration du sort des citoyens du Monde. Et si la nostalgie faisait son grand retour avec une première puissance économique mondiale en phase de protectionnisme mortifère tant pour elle-même qu’un peu plus pour le reste de la planète ? Après le communisme, le populisme et la chasse ouverte, et raciste, aux boucs émissaires ? Le pire n’est jamais certain mais pourquoi son hideux visage ne se masque-t-il plus ?


Le CAC 40 a refermé le gap ouvert le 2 novembre mais il n’a pas fini d’en créer d’autres. S’il faut reproduire fidèlement le schéma du Brexit, il va y avoir panique puis retour au calme : donc inutile de paniquer. Le raisonnement apparaît bien simpliste et l’océan d’incertitudes qui gronde tout de même peut balayer bien des coquilles de noix. La baisse peut perdurer, une nouvelle intuition que nous ne voudrions pas trop solitaire…

Rédigé par Bertrand Richard le 09/11/2016 | Lu 368 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >



Mentions légales