Info Bourse >>


CAC 40 : Bonjour tristesse


Il est facile après-coup de se donner raison. En effet, nous évoquions hier un danger. En réalité, nous ne faisions part que de notre incompréhension devant une hausse aussi spectaculaire des marchés en général et du CAC 40 en particulier. Tout reposait bien sur un pari, celui que le populisme à la fin perd et que la magie de la démocratie intelligente, immanquablement, triomphe. Puis, les marchés ont toujours raison et il n’y avait pas de motifs de se laisser envahir par la peur, qui n’écarte pas le danger pour emprunter aux militaires ce sophisme. Pour gagner des élections, la classe politique actuelle est prête à tout et le clientélisme n’inspire plus le dégoût. Que voulez vous entendre ? Je tiendrai le discours qui flatte même vos pires instincts. David Cameron a bradé l’avenir de son pays en initiant un referendum fou pour remporter une victoire électorale. L’Europe est désormais considérablement affaibli et les conséquences économiques et financières, tout continent confondu, ne peuvent s’inscrire dans une liste exhaustive. Pire, l’incertitude peut durer des années. Le CAC 40 a fait preuve de naïveté et le gap ouvert lundi matin a vocation à se combler rapidement, un minimum…


Aux Etats-Unis, le Dow Jones a accroché les 18 000 points. Normal, les derniers sondages donnaient le camp du « In » vainqueur. La Livre flamboyait et le moral des troupes balayait tout risque de nuages. Pour un peu, ce referendum « réussi » donnerait des ailes à l’économie mondiale comme un coup de fouet salutaire sur un cheval de croissance endormi. La FED pourrait relever ses taux sans crainte car simple gage d’une économie tonique. Il est des soirées d’ivresse qui confine au coma éthylique…


Le CAC 40 va-t-il se contenter de rendre les 8% acquis depuis le 15 juin ou envisager de revenir sur les plus bas annuels ? Les grands argentiers du Monde sont déjà en réunion, physique ou digitale. Les experts vont défiler et saturer les media avec très certainement de très brillantes analyses. Les meilleures seront celles auréolées de modestie car l’inconnu a ses raisons qu’il ne dévoile que lorsque qu’il s’apprête à disparaître. Or, il entend prendre son temps et il n’est donc pas temps de déjà revenir.

Rédigé par Bertrand Richard le 24/06/2016 | Lu 590 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >



Mentions légales