Brexit : sur le plan économique, l’impact sera asymétrique



Le Brexit ouvre une période d’incertitude qui va peser lourdement sur la demande intérieure au Royaume-Uni dont l’économie peut retomber en récession. Toutefois, le choc de confiance n’a aucune raison de mettre en péril la reprise économique en zone euro qui est avant tout tirée par la demande intérieure (les exportations de l’Union européenne vers le Royaume-Uni ne sont pas suffisamment significatives pour changer la donne). Le consensus évalue à environ 1,4 pp l’impact sur la croissance au Royaume-Uni en 2017 vs. 0,3 pp celui sur la croissance de la zone euro. Cet effet est néanmoins très incertain ; l’absence totale de visibilité peut se matérialiser à court terme par : (1) une remontée du taux d’épargne des ménages (épargne de précaution), (2) une prudence accrue des entreprises dans leurs programmes d’investissements et d’embauche et (3) un ralentissement des entrées de capitaux. Une prime de risque sur les actifs financiers britanniques est par ailleurs susceptible de se matérialiser et d’accroître l’impact négatif sur l’activité. A plus long terme, la majorité des études conclut à un impact négatif durable sur le PIB, évaluant à l’horizon 2020, la perte d’activité comprise entre 3 et 9% au Royaume-Uni. 


Notez

Réalisé par Philippe Ithurbide, directeur de la Recherche et Didier Borowski, responsable de la macroéconomie chez Amundi Asset Management, et publié sur BourseTrading.info le Dimanche 26 Juin 2016


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 6 Novembre 2021 - 14:09 INFO BOURSE

Jeudi 9 Février 2017 - 10:11 CAC 40 : De justesse !

Mardi 7 Février 2017 - 10:27 CAC 40 : Couloir



Mentions légales