Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

D'une séance à l'autre


Toujours figé Analyse technique du CAC 40. Mercredi 1 Juillet 2020 à 11:16
Toujours figé
Les opérateurs doivent composer avec deux reprises. L’une, heureuse, le redémarrage de l’économie mondiale, l’autre, affligeante, la recrudescence de la pandémie avec des épidémiologistes qui verraient bien une seconde vague dès le mois d’août. Il existe déjà une certitude bien factuelle : l’Amérique est en passe de retrouver les pics du mois d’avril. Le CAC 40 est ainsi figé entre ces deux constats et il évolue du camp acheteur au camp vendeur sans retenue relatant ainsi la perplexité des intervenants au demeurant assez peu nombreux. Une ligne de crête presque plate relie les séances depuis le gap haussier du 16 juin, elle-même à mi-chemin entre le support des 4610 points et la résistance des 5200 points. Ce type de configuration évoque un ressort que l’on tend et qui inévitablement débouche sur une décompression plus ou moins violente. Sans des nouvelles rassurantes sur le front du coronavirus, un découragement et donc un retour sur 4610 points constitue une hypothèse sérieuse.


Toujours figé
Le S&P 500, assez hésitant en ouverture, a finalement opté pour une hausse énergique très exactement déposée sur les 3100 points. Il dessine ainsi une deuxième bougie blanche qui le rapproche de sa résistance des 3130 points. Il convenait sans doute de clore le trimestre en beauté et c’est d’ailleurs réussi avec un exploit non renouvelé depuis 1998. La pandémie est relayée au second plan et les investisseurs ont préféré saluer l’indice du moral du consommateur américain qui bat un consensus déjà haussier. L’ambivalence n’épargne personne et une forme d’insouciance teintée d’optimisme explique également l’évolution proliférante du virus. Le masque ou plutôt son absence relèverait du combat politique au point que le président est supplié d’en porter un et de donner l’exemple. La virilité pourrait très utilement se situait ailleurs que dans ces manifestations juvéniles échappées des cours d’écoles. Un nouveau trimestre s’ouvre donc sous des auspices moins sympathiques et il faudra surveiller cet après-midi l’ISM manufacturier, les dépenses de construction et l’enquête ADP pour l’emploi dans le secteur privé. Pour le moment, les futures annoncent des prises de bénéfices.

Toujours figé
Hier, nous avons privilégié l’adoption d’un turbo put CAC 40 en raison de l’échec patent sous les 4950 points, résistance intermédiaire qui devient de plus en plus lourde. La baisse n’était pas linéaire et il fallait prendre rapidement ses bénéfices en milieu d’après-midi. Ce matin, nonobstant la prestation haussière brillante des marchés américains, les acheteurs ne se sentent pas d’emboîter le pas à ces derniers. Le coronavirus bloque indubitablement les initiatives et la méfiance règne. L’absence de tendance ne favorise pas les produits dérivés et l’ennui s’installe. Toujours sous 4950 points, la priorité peut être donnée à un turbo put CAC 40 mais il serait bien difficile d’accorder des garanties à ce point de vue.


Bertrand RICHARD