Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

D'une séance à l'autre


Pas de retracement Analyse technique du CAC 40. Jeudi 26 Novembre 2020 à 11:52
Pas de retracement
Le CAC 40 ne se décide pas à reculer même si pour autant il vient à manquer de carburant. Les annonces de vaccins qui plus est très bientôt disponibles ont permis une remontée brillante avec 1000 points de récupérés depuis le début du mois ! Pas de vertige pour autant car il existe de nombreux acheteurs furieux d’être restés sur le banc de touche des 4570 points. Chargés de toutes les liquidités des banques centrales, ils en sont à guetter le moindre repli pour s’aventurer en terrain à risque, risque qu’ils estiment de plus en plus faible. Les vendeurs prennent acte de cette psychologie un peu folle et n’interviennent donc pas ou très mollement. Ainsi, depuis le passage des 5450 points, les acheteurs grattent séance après séance.

Il ne devrait pas se passer grand chose aujourd’hui puisque les grands frères américains font relâche. Il sera question de cartes de crédit et de dindes bien grasses. Il faudra attendre le début de semaine prochaine pour savoir si les hauts temples de la consommation ont bien été dévalisés. En attendant l’ennui est pratiquement promis.


Pas de retracement
Le S&P 500 n’a pas remis en cause le franchissement brillant de la résistance des 3580 points. Tout ou plus a-t-il ralenti le mouvement et à l’aide d’une petite bougie noire, il essaie de dessiner un semblant de résistance sur les 3640 points. Les opérateurs sont manifestement soulagés par la décrispation de la situation politique. Il ne sera pas a priori nécessaire d’envoyer la garde républicaine pour déloger manu militari l’actuel locataire de la Maison Blanche.

Ce long week-end (si on excepte la petite séance de vendredi) devrait être l’occasion pour les acheteurs de se poser des questions après un mois de novembre aussi exceptionnel. Une nouvelle étape est-elle envisageable après la valorisation de toutes les bonnes nouvelles et le constat bien réel d’une économie en souffrance qui génère de nombreuses pertes d’emplois. Il nous semble qu’un peu de prudence n’aurait rien de superfétatoire.