Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

D'une séance à l'autre


Manque de catalyseur Analyse technique du CAC 40. Mardi 30 Juin 2020 à 10:44
Manque de catalyseur
Le CAC 40 entame la semaine sur une note positive aidé par des marchés américains ragaillardis par la forte hausse de Boeing. Néanmoins, les volumes sont demeurés faibles et ont donc tendance à montrer que les opérateurs ne sont plus très enthousiastes à l’idée de prendre position que ce soit d’ailleurs dans un camp ou dans l’autre. Depuis le 16 juin, le CAC 40 évolue entre deux gaps qu’il ne parvient pas à combler clairement. L’un baissier, celui du 10 juin et l’autre haussier celui du 16 jouent le rôle de corset. Au demeurant, le CAC 40 se situe graphiquement au milieu de nulle part avec le support des 4610 points et la résistance proéminente des 5200 points. Le graphe est ainsi le reflet parfait d’une psychologie collective attentiste avec des craintes bien réelles attachés à la résurgence du coronavirus et des espoirs nés de nombreux indicateurs économiques encourageants. Rien de très difficile à déduire de cet apparent désordre : tant que le CAC se situera entre 4610 et 5200 points, il est préférable de demeurer comme la majorité des intervenants : prudent.

Manque de catalyseur
Aux Etats-Unis, la séance contrastait assez violemment avec celle de vendredi, siège d’un profond découragement à la suite d’une multiplication des mesures de protection contre la pandémie qui risque bien de paralyser les capacités de soins. La saison des résultats approche et d’aucuns, bien légitimement, craignent de mauvaises surprises qui donneraient aux anticipations très optimistes du moment un caractère farfelu. Les soutiens colossaux et volontaristes de la FED semblent d’ailleurs correctement inscrits dans les cours. On peut constater un échec patent sous la résistance des 3130 points et il convient donc de ne pas s’emballer au vu du beau rebond de la veille. Ce dernier est en grande partie du aux mouvements sur le titre Boeing. Des essais sont en cours sur le 737 max, appareil cloué au sol après deux retentissantes catastrophes. Cet après-midi, on surveillera essentiellement l’indice PMI de Chicago et l’indice de confiance du consommateur. Pour l’heure, les futures ne sont pas très vaillants.

Manque de catalyseur
Le future CAC 40 plutôt faible en ouverture et inscrit en deçà du support des 4865 points n’a cependant pas voulu entériner l’important mouvement baissier subi par les marchés américains vendredi et les marchés asiatiques lundi matin. Nous étions plutôt partisan de favoriser un turbo put CAC 40 si cassure des 4865 points. Notre scénario n’a non seulement pas voulu se mettre en place mais il s’est effacé devant un souffle haussier tout droit venu de l’engouement pour le titre Boeing. L’avion ne fera pas l’été comme l’hirondelle le printemps mais au moins il fut une parenthèse dans un ciel de procrastination. Actuellement, le future CAC 40 semble bien vouloir renoncer à toute attaque de la résistance intermédiaire des 4950 points. Sous ce seuil, il est encore préférable de privilégier un turbo put CAC 40.

PS : Nous envisageons de modifier notre analyse du jour avec un commentaire et un graphique associé pour le CAC 40, le S&P 500 et le future en données horaires. N'hésitez pas à nous donner votre avis. Celui-ci nous est nécessairement précieux. Un grand merci par avance.