Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

D'une séance à l'autre


Dichotomie Analyse technique du CAC 40. Vendredi 7 Août 2020 à 11:01
Dichotomie
CAC 40 : Données journalières.

Le CAC 40 manque à l’évidence de constance et de soutien. En reprise notable avant-hier, il est reparti à la baisse sauvant de justesse les 4850 points. Inutile de s’attarder sur les volumes car ils frôlent l’inexistence comme toujours au « creux » de l’été. Les résultats d’entreprises s’accumulent et avec eux rien de bien affriolant. Les craintes pour la rentrée se renforcent et le spectre d’une seconde vague rôde tandis que les aînés doivent encore et en plus redouter l’effet canicule. En résumé, rien pour s’enthousiasmer.

Le CAC 40 dessine une bougie noire au corps sans relief. On note une petite mèche inférieure qui s’est rapproché des 4850 points pour mieux s’en éloigner. La tendance baissière n’est donc pas acquise mais n’est pas non plus écartée de manière indiscutable.

Dichotomie
S&P 500 : Données journalières.

La dichotomie avec les indices européens s’aggrave. Le S&P 500 prolonge efficacement sa remontée vers les plus hauts annuels sans pour autant influencer les autres marchés internationaux. L’explication réside dans le poids monumental des GAFA au sein des principaux indices américains. Ces derniers non seulement ne subissent pas la pandémie mais s’en servent comme une opportunité exceptionnelle et imprévue d’enrichissement. L’accord commercial sino-américain pourtant obtenu de haute lutte est pratiquement vidé de sa substance, conséquence des ires notamment présidentielles. Les opérateurs veulent ignorer le fait, sans doute trop habitués à un déchirement continu et vain.

Le S&P500 s’offre une bougie blanche de bonne facture qui cette fois permet un comblement total du gap de février et que nous évoquons depuis quelques temps. Aucun obstacle ne retient l’indice phare sur la route des 3400 points. Cet après-midi, on surveillera particulièrement et attentivement les données mensuelles et officielles de l’emploi. D’eux, il faut attendre ou non un retour sur les niveaux en vigueur avant la pandémie. Les futures sont neutres voire faibles.