Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

D'une séance à l'autre


Ambivalence Analyse technique du CAC 40. Mardi 23 Février 2021 à 11:09
Ambivalence

Le CAC 40 entame la semaine de manière très fébrile. En baisse à l’ouverture suivie d’une phase de découragement, il s’est finalement bien repris clôturant non loin de l’équilibre. La nouvelle boussole ou plus exactement la menace vient de l’évolution des taux. Avec des taux négatifs, l’argent coulait à flots ce qui tombait très bien vu les besoins de soutien aux économies mises en péril par la pandémie. Nécessairement, celle dont les plus jeunes se demandaient si elle avait un jour existé, attendait son heure pour une promesse de l’aube dont elle a le secret. L’inflation car c’est elle dont il s’agit ne constitue plus une menace potentielle et il faudra bientôt prendre des mesures pour la contrer. Non, pas de sitôt répondent les banques centrales et autre FMI. Les opérateurs sont par nature méfiants et les discours officiels les perturbent plus qu’ils ne les rassurent. La BCE se veut pourtant sereine et le CAC 40 s’est dispersé, affecté par les contradictions, celles du secteur obligataire en ébullition et une BCE agrippée à sa politique accommodante. Le support des 5720 points fut testé et les vendeurs repoussés.

Le CAC 40 peut-il ignorer la hausse des matières premières et les secousses infligées au secteur technologique ? Les arbitrages se situent entre secteur cyclique et secteur financier versus secteur technologique. La sérénité ne sera ainsi pas au rendez-vous, un avertissement que ne peut ignorer le camp acheteur.



Ambivalence

Le Dow Jones, tel le chien de garde vieillissant, couché aux pieds de la grille et qui a perdu l’habitude de s’agiter après le passant, est demeuré stoïque. Le Nasdaq, au caractère plus agité, a cédé à l’affolement. Le S&P 500 plus rassembleur que les deux premiers a contemplé les plateaux de la balance et n’a pas voulu ignorer l’envol des taux. La superbe des marchés actions est éclaboussée et de trop nombreux sourires s’esquissent dans le monde obligataire. Il faut prendre au sérieux une revanche très probablement à venir. Une petite bougie à mèche supérieure exprime une grosse crainte. Le petit support des 3870 points a tenu mais de justesse.

Cet après-midi, le gouverneur de la FED s’exprimera devant le parlement. Il cherchera à rassurer car la préoccupation du moment de son institution demeure bien le retour au plein emploi et non une inflation encore sous contrôle. Il n’empêche, le dix ans américain pourrait avoir plus d’autorité que lui.