Conjoncture

Baisse historique du PIB réel aux États-Unis



Le PIB réel a chuté de 9,5 % entre le premier et le deuxième trimestre, soit l’équivalent d’une baisse de 32,9 % à rythme trimestriel annualisé.


On s’y attendait, les effets néfastes de la COVID-19 ont non seulement plongé officiellement l’économie américaine en récession avec un deuxième recul trimestriel consécutif du PIB réel, mais ont entraîné une diminution historique de la production. Les mesures de confinement et sanitaires mises en place un peu partout au pays en mars et en avril se sont notamment soldées par une baisse exceptionnelle des dépenses de consommation ainsi que des investissements résidentiels et non résidentiels. Les pertes d’emplois se sont d’ailleurs multipliées et le taux de chômage a augmenté considérablement au printemps.

Heureusement, les mesures gouvernementales de soutien ont fait une grande différence. Alors que la détérioration du marché du travail a entraîné une baisse de 24,6 % (à rythme annualisé) de la rémunération des employés au deuxième trimestre, les transferts des gouvernements aux particuliers ont bondi de 856,2 %.
Cela a permis au revenu disponible de croître de 42,1 % (à rythme annualisé) au deuxième trimestre. Avec la forte baisse des dépenses de consommation, cela a entraîné une hausse du taux d’épargne, qui est passé de 9,5 % à 25,7 %.
En théorie, cela amène des conditions qui devraient faciliter la reprise économique. Le déconfinement graduel amorcé en mai a toutefois du plomb dans l’aile depuis quelques semaines. Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 ainsi que le nombre de décès ont recommencé à s’accélérer.

Cependant, avec l’intensification des craintes d’une seconde vague de la COVID-19, l’économie américaine est loin d’être sortie du bois. Tout dépendant de la réponse des autorités publiques, le rebond du PIB réel prévu au cours des prochains trimestres pourrait être ralenti et la possibilité d’un nouveau recul de la production ne peut pas être totalement écartée.

Rédigé par Benoit P. Durocher, économiste principal chez Desjardins, le 30/07/2020 modifié le 30/07/2020 - 19:53


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


FUTURE CAC 40 : Passage contrarié

Hier, nous aurions plutôt été enclins à croire à des transactions limitées au sein d’un petit couloir de transaction 5540-5560 points....

Pas de retracement

Le CAC 40 ne se décide pas à reculer même si pour autant il vient à manquer de carburant. Les annonces de vaccins qui plus est très bientôt...








glossaire bourse












Mentions légales