Conjoncture

2020 nous ramènera-t-elle en 1970 ?



Nous vivons un tremblement de terre pour l'économie mondiale et le sol tremble encore sous nos pieds. Il est difficile de dire par où les choses vont se régler. Les vaccins contre la Covid-19 pourraient signaler la fin de la crise sanitaire, mais les dommages causés par la pandémie continuent de se faire sentir dans l'économie mondiale.


La réponse politique des banques centrales et des gouvernements du monde entier à la crise a été énorme. Il n'y aura pas de simple retour aux jours d'avant la crise : le paysage fiscal et monétaire a changé. L'histoire économique est ponctuée de points d'inflexion générationnels, et ces évolutions pourraient s'avérer aussi profondes que la sortie de l'étalon-or en 1971, ou la prise de contrôle de la Réserve fédérale américaine par Paul Volcker à la fin des années 1970 et la hausse des taux d'intérêt à 20% (source : Blomberg).

De profonds changements ont déjà eu lieu

Talib Sheikh, responsable de la stratégie, Multi-Asset, et Mark Richards, stratégiste, Multi-Asset, Jupiter Asset Management
Talib Sheikh, responsable de la stratégie, Multi-Asset, et Mark Richards, stratégiste, Multi-Asset, Jupiter Asset Management
Deux changements profonds ont déjà eu lieu. Le premier est que la plupart des banques centrales des marchés développés ont changé leur façon de mettre en œuvre leur politique, acceptant essentiellement qu'elles disposent d'un modèle moins robuste de la façon dont l'inflation est générée.
Historiquement, les taux d'intérêt étaient fixés en fonction de l'endroit où les banquiers centraux pensaient que l'inflation se produirait à l'avenir, mais le lien entre la croissance, l'emploi et l'inflation s'est affaibli. Il existe un tel doute sur la façon de prévoir l'inflation que les banques centrales vont être plus réactives que préventives dans la fixation des taux d'intérêt et qu'elles vont probablement utiliser des outils toujours plus innovants pour atteindre les objectifs d'inflation.
Le deuxième changement concerne l'ampleur de l'intervention de l'État, qui est intervenu pour garantir effectivement la majeure partie des prêts bancaires depuis le début de la pandémie, tout en nationalisant effectivement les salaires d'une grande partie de la main-d'œuvre par des programmes de maintien de l'emploi.
Alors que nous atteignons la limite de ce que les banques centrales peuvent faire en matière de politique monétaire, le relais est donné aux gouvernements pour favoriser la croissance qui sera vitale pour que les économies se remettent de la pandémie.
Il faut s'attendre à ce que les politiques budgétaire et monétaire énergiques travaillent ensemble pendant les années à venir.

L’inflation reviendra-t-elle au niveau souhaité ?

Les obstacles à une inflation plus élevée, du fait du vieillissement des populations, des niveaux d'endettement et des technologies disruptives, sont redoutables. Toutefois, les banques centrales ont fait preuve de bonne volonté en assouplissant leur politique en matière d’inflation pour la première fois depuis les années 1970. Il n’y aura pas de retour à l’austérité de la dernière décennie. Une politique budgétaire et monétaire concertée offre les meilleures chances de ramener l’inflation à un niveau proche de l’objectif fixé depuis de nombreuses années. Cette dynamique est probablement le point de mire le plus important pour les investisseurs en 2020 et au-delà.

Changements structurels dans l'économie mondiale

Depuis des décennies, la faible imposition, la déréglementation et la désindustrialisation ont fait que la croissance économique profite davantage aux détenteurs de capitaux qu'aux fournisseurs de main-d'œuvre : la rentabilité des entreprises a augmenté, tandis que les salaires ont stagné. Après cette crise, nous attendons des gouvernements du monde entier qu'ils s'attachent à "réparer le système".
Les signes les plus visibles de cette volonté, parallèlement à la persistance des déficits, seront l'augmentation des impôts et la menace d'une réglementation, en particulier pour les oligopoles technologiques. Il est probable que cela réduira quelque peu la rentabilité des entreprises.
Enfin, après une période de guerre commerciale et de démondialisation, nous pensons qu'une administration Biden chercherait à améliorer la coopération mondiale et que cela serait positif pour l'économie mondiale. Nous devons cependant nous rappeler qu'une fragmentation est déjà en cours à travers les lignes régionales, les Etats-Unis, l'Europe et l'Asie formant trois blocs commerciaux. Le rythme de la démondialisation va ralentir, mais il est peu probable qu'il s'inverse.

Une nouvelle ère, avec des échos de l'ancienne

La pandémie disparaîtra probablement en 2021, mais elle laissera derrière elle un monde différent. La crise a exacerbé bon nombre des problèmes qui ont frappé l'économie mondiale ces dix dernières années, en particulier l'endettement excessif. En réaction, les banques centrales et les gouvernements se sont engagés à déployer des efforts toujours plus novateurs pour ramener l'inflation et la croissance dans le système.
Nous sommes dans un monde nouveau où personne ne peut être certain de la façon dont ces changements se produiront. C'est pourquoi nous pensons qu'une approche d'investissement flexible est la meilleure façon de fournir un revenu ou un rendement total parmi un large éventail de classes d'actifs sur les marchés mondiaux. Si nous pensons que le monde sera plus agréable à vivre en 2021, personne ne devrait songer à un retour au monde d'avant la pandémie.

Rédigé par Talib Sheikh, responsable de la stratégie, Multi-Asset, et Mark Richards, stratégiste, Multi-Asset, Jupiter Asset Management, le 07/12/2020 modifié le 07/12/2020 - 14:21


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Octobre 2021 - 21:53 Aux États-Unis, l’inflation se stabilise





par Bertrand Richard le 15/10/2021

FUTURE CAC 40 : Souffle acheteur

par Bertrand Richard le 15/10/2021

Fièvre acheteuse










glossaire bourse














Mentions légales