Bourse

Vers un rallye de fin d'année ?

Le bilan des trois premiers trimestres de 2015 a de quoi décevoir les investisseurs alors que la plupart des places boursières ont reculé par rapport à leur niveau du début de l’année. Le quatrième trimestre s’est amorcé sur une note bien plus positive et il y a des raisons d’espérer que cette tendance pourrait se poursuivre.


Les investisseurs pourraient voir le rendement de leur portefeuille s'améliorer à la faveur d'un rallye bouriser de fin d'année. Déjà, les premières semaines du mois d’octobre ont été beaucoup plus favorables pour les Bourses. Le S&P 500 est ainsi remonté récemment en territoire positif pour l’année, et plusieurs Bourses européennes affichent à nouveau des progressions de plus de 10 % par rapport au commencement de 2015.

Bien sûr, la performance des premières semaines d’octobre n’est pas garante des résultats pour l’ensemble du quatrième trimestre. Une nouvelle poussée d’inquiétude sur les marchés pourrait facilement entraîner une autre correction boursière. Au-delà de cette volatilité inhérente aux marchés boursiers, certains développements récents permettent cependant d’être assez optimiste.

La forte chute des Bourses au troisième trimestre reflétait surtout deux facteurs : les craintes d’un effondrement des pays émergents, en particulier de la Chine, et les inquiétudes face à l’amorce du resserrement monétaire américain. La situation économique demeure difficile pour plusieurs pays émergents, surtout la Russie et le Brésil, mais les dernières données chinoises ne cadrent pas avec les pires scénarios alors que, par exemple, le PIB chinois a affiché une progression annuelle de 6,9 % au troisième trimestre. Le nouvel assouplissement de la politique monétaire chinoise annoncé en octobre montre aussi que les autorités restent vigilantes.

En optant pour le statu quo en septembre et en justifiant cette décision par les turbulences internationales et financières, la Fed a aussi envoyé un message rassurant aux investisseurs. Certains dirigeants de la Fed gardent la porte ouverte pour une hausse des taux directeurs en décembre, mais une faction grandissante semble vouloir attendre davantage de signes d’une remontée de l’inflation avant d’agir. Alors que certaines statistiques économiques américaines ont récemment faibli, en particulier la création d’emplois, nous prévoyons maintenant que la Fed attendra en mars 2016 avant d’amorcer un resserrement monétaire. De plus, la Banque centrale européenne a clairement signalé qu’elle pourrait annoncer prochainement de nouvelles mesures stimulatrices. Loin d’être un obstacle à la progression des Bourses, il semble maintenant que les politiques monétaires seront d’importants appuis pour les indices d’ici la fin de l’année.

Au-delà des décisions immédiates de politique monétaire, la réaction récente des banques centrales confirme qu’elles seront très réticentes à faire quoi que ce soit qui pourrait nuire à la croissance économique. Il faut ainsi s’attendre à ce que les taux d’intérêt demeurent très bas pour plusieurs trimestres, voire plusieurs années, une situation qui justifierait le maintien de ratios cours/bénéfice relativement élevés. Étant donné les derniers événements, nos cibles de fin d’année de 2 100 pour le S&P 500, qui semblaient optimistes à la fin du troisième trimestre, paraissent aujourd’hui tout à fait appropriées.

Rédigé par Mathieu D’Anjou, Économiste principal chez Desjardins, le Jeudi 29 Octobre 2015








Ouvrage recommandé
Secrets pour gagner en Bourse à la hausse et à la baisse - Stan Weinstein

Secrets pour gagner en Bourse à la hausse et à la baisse - Stan Weinstein

 34,00 € 
   32,30 €
Ne vous fiez pas au titre racoleur de cet ouvrage car il s'agit sans doute du livre le plus apprécié des lecteurs qui désirent investir en Bourse. Il présente une approche d'investissement claire, simple et didactique, basée sur la "Force relative", une notion qui compare une action à un indice boursier de référence...