Produits dérivés

Spéculation et prix des matières premières agricoles

Y a-t-il une corrélation entre la spéculation et l’augmentation du prix des matières première agricoles ?


Il est difficile de trouver un lien clair et indiscutable entre les positions des spéculateurs et les tendances des prix. Selon un rapport de la FAO, « les données empiriques ne sont concluantes pour aucune des deux hypothèses. Pour chaque étude qui conclut à un impact positif, il en existe au moins une autre qui prétend le contraire. En effet, il existe un certain nombre de raisons de croire que la spéculation pourrait ne pas avoir été le principal moteur de la flambée des prix alimentaires ».
 
La société de conseil et d’information de marché Offre et Demande Agricole a réalisé une étude sur le blé américain (CBOT) entre janvier 2007 et janvier 2011 et à partir de données hebdomadaires du CFTC. Les principaux résultats sont :
- En ce qui concerne les fonds spéculatifs, il existe un lien entre l’évolution des positions des fonds spéculatifs et l’évolution des prix dans la mesure où si leurs positions à l’achat augmentent, il y a 70% de chances pour que le prix augmente. Mais le lien est faible car la corrélation n’est que de 42% entre la variation de la position des fonds spéculatifs et la variation du prix du blé.
- En ce qui concerne les fonds indiciels, il n’y a pas de lien entre l’évolution des positions des fonds indiciels et l’évolution des prix puisqu’il y a une chance sur deux pour que la variation de la position et la variation des prix soient les mêmes.
Spéculation et prix des matières premières agricoles

Si rien n’est statistiquement prouvé, les fonds indiciels, implicitement, immobilisent aujourd’hui un « stock » considérable : la position détenue en maïs à Chicago représentait fin mai 2011 près de 50MT en maïs (sur un stock mondial de 127MT) et 28MT en blé (sur un stock mondial de 180MT). On peut ainsi légitimement se poser la question sur la disponibilité de ce stock et donc sur le caractère de rétention de ces marchandises.
Par ailleurs, l’observation de leurs positions fait apparaître qu’ils agissent à contre-courant des fondamentaux. Quand les prix baissaient en 2009/2010, ils ont massivement acheté du blé (presque 100.000 lots), pariant sur une hausse à plus long terme. Alors que les récoltes mondiales fondaient lors de l’été 2010 et que tous les acheteurs « physique » montaient leur position, ils ont pris leur bénéfice en vendant près de 50.000 contrats de blé.
 
C’est le paradoxe de la spéculation : elle amplifie les mouvements  des prix des matières premières agricoles, mais son action permet aux opérateurs de la filière agricole et agroalimentaire d’utiliser les marchés à terme comme outil de couverture.

Rédigé par Benoit Labouille et Paul Gaffet (Action Future N°40) le 15/08/2011 | Lu 1355 fois


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que BourseTrading.info a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que le site BourseTrading.info ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent notre charte.













arnaques financieres


glossaire bourse









Security Analysis

Security Analysis

 59,90 € 
   56,91 €
Mémoires d'un spéculateur - Edwin Lefevre

Mémoires d'un spéculateur - Edwin Lefevre

 34,00 € 
   32,30 €
L'investisseur intelligent - Benjamin Graham

L'investisseur intelligent - Benjamin Graham

 34,00 € 
   32,30 €