Bourse

Pour Nouriel Roubini, nous devons nous attendre à une nouvelle normalité

Selon Nouriel Roubini, l'un des économistes a avoir prédit la crise des subprimes, même si les économies des États-Unis et d'Europe parviennent à éviter un scénario en « W » (double creux), la situation ressemblera toujours à celle d'une récession, tandis que plus de la moitié des 800 banques américaines - sur la liste « critique » - sont susceptibles de faire faillite.


Nouriel Roubini, interrogé sur CNBC
Nouriel Roubini, interrogé sur CNBC
La seconde moitié de l'année restera faible comme les vents arrière deviennent des vents contraires, a dit Roubini à CNBC en direct des rives du lac de Côme, en Italie lors de la conférence du Forum économique Ambrosetti. « Dans la deuxième moitié, la politique fiscale devient un vent contraire, plus d'argent pour la prime à la casse », a dit Roubini. « Le scénario positif est que la croissance sera en dessous de la moyenne. »

Roubini a dit récemment que la probabilité d'une récession double dip aux États-Unis était maintenant de plus de 40 pour cent. « Le risque est grand de devoir constater une baisse des marchés qui pourraient influer sur les marchés des obligations, des actions et du crédit », a-t-il précisé. « Les pertes d'emplois ont été plus élevés, c’est ce que montrera le chiffre des emplois des États-Unis. Il n'y a pas de croissance de l'emploi dans le secteur privé... La consommation est faible, les exportations sont faibles et le logement est faible. ». En de conclure que « ...s'il n'y a pas de vente finale et pas de demande finale, les entreprises n'investiront pas ».

Vers une nouvelle normalité

Nouriel Roubini croit que les espoirs de découplage seront brisés comme le ralentissement des États-Unis impacte la Chine, le Japon et la zone euro. « En Europe, l'Allemagne est forte, mais le reste du continent est assez sombre », dit-il. « Le reste du monde ne peut pas faire face sans le soutien des consommateurs américains. La croissance chinoise dans la deuxième moitié sera 7 pour cent. »

« Habituez-vous y, » a dit Roubini. « Le "Deleveraging*"  doit continuer comme les gouvernements et les consommateurs se désendettent dans le monde développé. ». 
« Nous devons nous attendre à une nouvelle normalité », a t-il ajouté. « Nous n'avons pas besoin d'un "double dip" pour avoir l’impression d’être comme dans une récession. »

Il précise que « Les grandes banques ont été soutenues, mais plus de 800 petites et moyennes banques aux Etats-Unis restent sur la liste critique et la moitié feront faillite. ». Et d'ajouter que 
« La plus forte croissance au cours des 18 prochains mois, viendra du Brésil, qui dépassera la Chine pour la première fois en 20 ans ».

* Ventes précipitées observées sur les Bourses et imputées principalement aux fonds spéculatifs, les « hedges funds », étranglés par la dette au point de céder n'importe quoi à n'importe quel prix

Source : CNBC et RGE 
Traduction par : Melvine

Rédigé par Melvine / BourseTrading.info le Vendredi 3 Septembre 2010