Bourse

Perspectives 2014

Chaque année, un panel de gérants d’Henderson Global Investors délivre ses perspectives pour l’année à venir. Pour 2014, Nick Sheridan, gérant value du « successful » Henderson Horizon Euroland Fund en 2013, John Bennett, directeur de la gestion actions Europe et gérant du Henderson Gartmore Continental European Fund et Tim Stevenson, gérant Growth du Henderson Horizon Pan European Equity Fund, passent au crible le marché actions européennes.


Nick Sheridan, gérant du Henderson Horizon Euroland Fund

Nick Sheridan
Nick Sheridan
« Nous sommes convaincus que la zone Euro rentre de nouveau dans une période de croissance. Cette reprise risque cependant d’être lente et pourrait être affectée par des perturbations à court-terme qu’elles soient d’ordre politique ou économique »
 
La zone Euro a beaucoup progressé au cours des dernières années. L’Espagne et l’Italie ont saisi le taureau par les cornes et mis en place des réformes destinées à stabiliser leurs économies et à restaurer la confiance. Le contexte actuel de faible inflation et de croissance mitigée témoigne des contraintes budgétaires mises en place au cours des dernières années. Nous sommes toutefois convaincus que la zone Euro rentre de nouveau dans une période de croissance. Cette reprise risque cependant d’être lente et pourrait être affectée par des perturbations à court-terme, qu’elles soient d’ordre politique ou économique, comme ce fut le cas lors de l’impasse budgétaire à laquelle les Etats-Unis ont été confrontés au cours du mois de septembre/octobre. Le taux de chômage est élevé dans la zone Euro, en particulier dans les pays périphériques tels que la Grèce, Chypre et le Portugal et il est essentiel que les dirigeants européens fassent de ce problème l’une de leurs priorités.

John Bennett, gérant du Henderson Gartmore Continental European Fund

« La tendance « risk on / risk off » pourrait refaire son apparition à tout moment, la reprise économique mondiale restant fragile.»
 
Les marchés action, des deux côtés de l’Atlantique, ont été « surachetés » à court-terme et nous devrions assister à une correction dans les prochaines semaines. Nous continuons néanmoins de mettre l’accent sur la sélection de titres plutôt que d’essayer de deviner la direction du marché. Le contexte actuel est extrêmement favorable à la sélection de titres, la dispersion s’étant une fois de plus accentuée suite à l’utilisation au cours de ces dernières années d’approches « risk on / risk off » reposant sur l’analyse de facteurs macroéconomiques. Cette tendance pourrait refaire son apparition à tout moment, la reprise économique mondiale restant fragile. La vigilance au niveau macroéconomique continue donc de rivaliser avec la recherche de valorisations acceptables lors de la sélection des titres.

Tim Stevenson, gérant du Henderson Horizon Pan European Equity Fund

Tim Stevenson
Tim Stevenson
Tim Stevenson
Tim Stevenson
« Ces derniers mois ont été marqués par une ruée sur les actifs surévalués dans l’espoir d’une éventuelle reprise cyclique. Il s’agit là d’une tendance à laquelle nous ne participons pas et nous continuons de privilégier notre style d’investissement de « croissance de qualité » à long terme.

Les marchés européens se comportent d’une façon relativement complexe à l’heure actuelle. Ils sont en effet plus tirés vers le haut par la demande, les investisseurs souhaitant augmenter leur pondération sur l’Europe, plutôt que par une amélioration significative des données économiques. La façon dont les marchés évoluent est contradictoire et je pense qu’il pourrait s’agir là d’un optimisme exagéré. Il est vrai que les données économiques en Europe s’améliorent sensiblement et que les résultats des sociétés sont dans l’ensemble relativement bons, mais les investisseurs vont peut-être un peu trop vite en besogne.
 
Nous nous attendons au cours des prochains mois à faire face à une période de croissance économique relativement faible et volatile. Il est possible que les nouvelles économiques soient positives ou que les entreprises annoncent des résultats solides mais il se peut que les marchés soient affectés par les discussions incessantes sur le « tapering » de la Réserve Fédérale américaine, une donnée décevante ou de mauvaises conditions météorologiques, ce qui pourrait entrainer une modification des habitudes des consommateurs en termes de dépenses.

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le Jeudi 9 Janvier 2014