Bourse


Les tensions aux États-Unis affectent la Bourse


Graphique du S&P 500 en quotidien (cliquez pour agrandir)
Graphique du S&P 500 en quotidien (cliquez pour agrandir)
Les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis ont terni l’humeur des investisseurs la semaine dernière, mais la modération du discours survenu pendant la fin de semaine a causé un regain lundi matin. Le S&P 500 a ensuite évolué à plat jusqu’en milieu de semaine. Toutefois, jeudi, il a connu sa deuxième pire séance de l’année, avec un recul de 1,5 %. La réponse fortement critiquée de Donald Trump aux violences du week-end précédent a provoqué une suite de défections parmi les dirigeants d’entreprise siégeant comme conseillers sur différents comités économiques. Certains de ces comités ont dû être démantelés à la suite de ces départs. À cela se sont ajoutés les attentats terroristes de Barcelone, provoquant une montée d’aversion au risque. Le climat demeurait tendu vendredi matin et la Bourse américaine termine sur une perte hebdomadaire de 0,18 %. 

Sur les marchés obligataires, ce fut une semaine en deux temps. L’évolution plus positive du dossier nord-coréen a permis aux taux de rebondir durant la première moitié de la semaine. De 2,19 % lundi, le taux américain de dix ans a atteint 2,28 % mercredi, tout juste avant la parution du compte rendu de la Réserve fédérale (Fed). Dans ce dernier,
les dirigeants ont signalé que le début de réduction du bilan était imminent, mais ont continué d’afficher une certaine perplexité face à la faiblesse de l’inflation et, conséquemment, la poursuite des hausses de taux d’intérêt.
Les marchés ont davantage réagi à ce dernier élément. Les écarts entre les taux canadiens et américains ont été assez volatils, mais celui de deux ans était en voie de terminer la semaine sur une diminution hebdomadaire. Le rebond de l’inflation de référence a notamment conforté l’hypothèse d’une nouvelle hausse des taux directeurs canadiens cet automne.

Le dollar a fait des gains contre plusieurs devises en début de semaine. Il a notamment été aidé mardi par les bons chiffres des ventes au détail. L’élan s’est néanmoins vite essoufflé, avec l’incertitude révélée par les dirigeants de la Fed. Les attentats en Catalogne ont pesé momentanément sur l’euro : il était en voie de clôturer la semaine à 1,175 $, une diminution hebdomadaire de 0,7 %. Le dollar canadien s’est rapproché de la barre de 0,800 $ mercredi. Après une consolidation jeudi, il s’est apprécié de nouveau vendredi à la suite des données d’inflation. Le pétrole n’a pas été d’un grand soutien cette semaine pour le huard alors que le prix du baril est brièvement descendu sous 47 $ à New York.



Rédigé par Jimmy Jean, CFA, et Hendrix Vachon, économistes chez Desjardins, le 19/08/2017 | Lu 649 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 19:12 Qui sera le nouveau président de la Fed ?





Mentions légales