Bourse

Les investisseurs institutionnels ne sont pas préparés aux risques extrêmes

Selon les résultats du 3ème sondage Global RiskMonitor d'Allianz Global Investors (AllianzGI) (1), deux tiers des investisseurs institutionnels estiment que les risques extrêmes sont de plus en plus préoccupants, seuls 27 % d'entre eux ont mis en place des stratégies de couverture contre ce type de risque et seuls 36 % estiment avoir accès à des outils appropriés pour faire face à de tels événements.


Les investisseurs institutionnels du monde entier considèrent que les événements assortis d'un risque extrême (choc sur les prix du pétrole, nouvelles bulles sur certaines classes d’actifs ou tensions géopolitiques, etc.) deviennent de plus en plus fréquents en raison de l’interconnexion des marchés financiers internationaux. Le risque extrême est devenu un sujet de débat récurrent depuis l’année 2008, qui a rappelé aux investisseurs que les « événements anormaux » portent en eux les germes d'une forte déstabilisation des marchés et qu'ils se matérialisent plus fréquemment que ne le laissent supposer les lois de Gauss. Et pourtant, les stratégies traditionnelles de construction de portefeuille ne protègent en rien les investisseurs contre la fréquence de tels événements. Près de deux tiers (66 %) des 735 investisseurs institutionnels interrogés estiment que les risques extrêmes sont devenus une préoccupation grandissante depuis la crise financière. Toutefois, la majorité des sondés comptent sur les stratégies traditionnelles d'allocation d'actifs et de gestion des risques pour protéger leurs portefeuilles, 61 % en ayant recours à une diversification des classes d'actifs et 56 % à une diversification géographique. Mais, compte tenu de l’interconnexion des marchés financiers, ce type de diversification parviendra de moins en moins à atténuer le risque de perte (drawdown risk). En réalité, seuls 36 % des institutionnels estiment avoir accès à des outils ou des solutions approprié(e)s pour faire face aux risques extrêmes. 

Commentant ces résultats, Elizabeth Corley, Directeur général de d'AllianzGI, déclare : « Les résultats du sondage font état d'un paradoxe important : si, depuis la crise financière, près de deux-tiers des investisseurs institutionnels craignent de plus en plus les événements assortis d'un risque extrême, une part bien plus faible d'entre eux pensent avoir accès à des outils ou des solutions adaptés pour faire face à ces événements. Dans la perspective d'une multiplication des événements extrêmes, les gestionnaires réellement « actifs » ont un vrai rôle à jouer en aidant leurs clients à comprendre, classifier, mesurer, diversifier et, au final, atténuer l'impact baissier de ce type d'événements, mais aussi en leur faisant profiter d'opportunités de gain. »

Quelle sera la prochaine menace majeure ?

Aujourd'hui, sur les marchés financiers, les investisseurs sont confrontés à de nombreuses difficultés susceptibles d’affecter la performance de leurs portefeuilles. 
Compte tenu de la volatilité récente des prix du pétrole, des tensions géopolitiques en Europe de l'Est et au Moyen-Orient, du ralentissement de la croissance chinoise, des difficultés économiques en Europe, ainsi que d'autres incertitudes économiques ou politiques, les investisseurs craignent de subir de plein fouet un événement extrême. Globalement, selon les investisseurs, les causes les plus probables en sont un choc sur les prix du pétrole (28 %), le défaut d'un émetteur souverain (24 %), la situation politique en Europe (24 %), de nouvelles bulles d'actifs (24 %) et une récession en zone euro (21 %). Au niveau régional, alors que les investisseurs d’Amérique du Nord et d’Asie-Pacifique craignent plus un choc sur les prix du pétrole (35 % et 33 %, respectivement), les investisseurs d’Europe et du Moyen-Orient mettent l'accent sur de nouvelles bulles d'actifs (33 %), un défaut souverain (29 %) et sur les tensions géopolitiques (29 %).

Tendances d'allocation d'actifs

Les investisseurs institutionnels ont des sentiments très contrastés sur les classes d'actifs traditionnelles. Ils sont optimistes à l'égard des actions européennes et américaines et pessimistes concernant la dette souveraine, tant des pays développés qu'émergents.
En termes d'allocation de portefeuille, 30 % des sondés envisagent d'acheter des actions européennes et/ou américaines au cours des 12 prochains mois sur la base d'un potentiel haussier plus important. A l’inverse, 29 % des investisseurs disent vouloir vendre la dette souveraine et un tiers (29 %) est convaincu que cette classe d'actifs sera malmenée au cours des douze prochains mois.
Parmi les investisseurs optimistes à l'égard des actions, 61 % sont séduits par les actions européennes en raison de leur potentiel de performance élevé, contre seulement 44 % vis-à-vis des actions américaines. Une part plus faible (20 %) surpondère les actions des pays émergents pour leur potentiel de performance élevé, la diversification (18 %) et la couverture contre l'inflation (18 %) qu’elles apportent.

Les investissements alternatifs dans un monde risqué

Les institutionnels réclament de meilleurs outils de gestion des risques pour investir dans les instruments alternatifs, condition sine qua non pour soutenir la croissance de cette classe d'actifs. Bien que trois quarts (73 %) des sondés soient déjà exposés à divers types d'actifs alternatifs, 40 % d'entre eux pourraient accroître leur allocation s'ils avaient davantage confiance dans leur capacité - ou celle de leur gérant - à mesurer et à gérer les risques associés. Ils souhaiteraient notamment que les gérants s'efforcent de mesurer et de gérer les risques, plutôt que de chercher à les éliminer purement et simplement.

Les investisseurs institutionnels ont besoin d'un accompagnement en matière de gestion des risques

Les investisseurs institutionnels s'appuient toujours sur des stratégies traditionnelles de gestion des risques, un choix qui pourrait les exposer à des chocs tant macroéconomiques que de marché. Les approches moins conventionnelles de protection contre le risque baissier, comme la couverture directe et la budgétisation des risques, ne sont utilisées que par un peu plus d'un tiers des investisseurs (35 % chacune), et cette proportion diminue encore s'agissant de la gestion actif-passif (26 %) et des stratégies de gestion de la volatilité (24 %).
Alors que le risque extrême est une préoccupation majeure pour les investisseurs, moins de trois sur dix (27 %) utilisent des stratégies de couverture dédiées.
Dans l'ensemble, la gestion des risques extrêmes pose de grandes difficultés aux investisseurs. Ils reconnaissent un besoin certain d'amélioration de leurs pratiques pour se préparer à ce genre de risque, mais 56 % estiment que ces stratégies de couverture sont trop onéreuses. En outre, les investisseurs institutionnels pensent que les risques extrêmes eux-mêmes (35 %) et les solutions alternatives conçues pour les gérer (36 %) ne sont pas suffisamment compris.

(1) Le sondage RiskMonitor 2015 d'Allianz Global Investors est réalisé en collaboration avec CoreData Research. 735 investisseurs institutionnels d'Amérique du Nord, d'Europe et d'Asie-Pacifique ont été interrogés dans le cadre d'un sondage mondial au premier trimestre 2015, afin de mieux comprendre leur comportement en matière de risque, de construction de portefeuille et d'allocation d'actifs.

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le Lundi 15 Juin 2015








Ouvrage recommandé
Secrets pour gagner en Bourse à la hausse et à la baisse - Stan Weinstein

Secrets pour gagner en Bourse à la hausse et à la baisse - Stan Weinstein

 34,00 € 
   32,30 €
Ne vous fiez pas au titre racoleur de cet ouvrage car il s'agit sans doute du livre le plus apprécié des lecteurs qui désirent investir en Bourse. Il présente une approche d'investissement claire, simple et didactique, basée sur la "Force relative", une notion qui compare une action à un indice boursier de référence...