Forex


Les acteurs importants sur le marché du Forex

De par les volumes importants qu’ils peuvent traiter, les deux types d’intervenants à surveiller sont les hedge funds et les banques centrales car ils influencent les décisions des autres traders.


Les hedge funds

Suivant les sources, ils sont entre 5.500 et 9.000 et gèrent environ 1.900 milliards de dollars. De plus, ils utilisent l’effet de levier, c'est-à-dire qu’ils empruntent auprès de banques et investissent plus que leurs fonds propres initiaux. Vous pourrez obtenir des informations sur leur activité via les systèmes de « chat » des bons courtiers FOREX. Vous verrez indiqué, par exemple « A global macro player is buying ».

Les banques centrales

Les banques centrales sont elles aussi des acteurs importants. Elles constituent des réserves de change qui sont en quelque sorte un matelas de sécurité qui leur permet de réaliser des interventions en cas de crise sur leur monnaie. Elles publient régulièrement un état du montant de leurs réserves. Le FMI publie lui aussi un état des réserves de tous les pays. Actuellement, c’est la banque centrale chinoise (PBOC) qui possède le plus gros montant avec 1.330 milliards de dollars !
« Le passé à prouvé que les interventions des banques centrales sont inefficaces à moyen terme : les traders savent très bien qu’une intervention ne changera pas la tendance d’un cours de change. »
Toutefois, depuis quelque années, plusieurs tendances se dessinent :
1. Les interventions sur le Forex sont devenues inexistantes, la dernière en date étant celle de la RBNZ (la banque centrale de Nouvelle Zélande) le 11 juin 2007. La paire NZD/USD valait 0,7620. Pendant le mois de juin, la banque centrale avait vendu 702 millions de kiwis (dollar néozélandais) afin d’enrayer sa hausse continue due aux carry trades. Huit jours après, l’impact de cette intervention ne se voyait plus du tout et la paire NZD/USD a même continué de progresser tout le mois de juillet jusqu’à 0,8107. Le passé à prouvé que les interventions des banques centrales sont inefficaces à moyen terme : les traders savent très bien qu’une intervention ne changera pas la tendance d’un cours de change.
2. Historiquement, les réserves de change des banques centrales sont constituées principalement de dollars car le dollar et l’or étaient considérés comme des valeurs refuge, notamment en cas de guerre. Mais avec la faiblesse persistante du billet vert, notamment depuis le début de la crise des subprime aux États-Unis, de plus en plus de banques centrales envisagent soit de réallouer une partie de leurs réserves en euros (la Chine), soit pour certaines, d’abandonner le peg de leur devise avec le dollar.
3. Depuis 2005, les banques centrales ont plus que doublé le montant de leurs réserves de change (que ce soit à cause d’une balance commerciale fortement excédentaire grâce à une monnaie sous-évaluée ou au prix du pétrole à des niveaux historiques), et se sont donc constitué de véritables trésors de guerre ! Elles ont décidé de chercher à augmenter le rendement d’une partie de ces montants. Elles ont donc créé des sociétés d’investissement (par exemple, la Government Investment Company pour la Chine). Mais aussi, elles sont devenues encore plus actives sur le Forex, non pas pour des interventions, mais bien pour de la spéculation. Et quotidiennement, les traders Forex entendent la présence sur le marché des banques centrales russe, chinoise, ou du Moyen-Orient. Sur les systèmes de « chat » des bons courtiers Forex, pour une banque centrale à l’achat, vous verrez mentionné : « A sovereign name is at the bid ».

La position globale du marché

Il est indéniable que la position ouverte d’un trader influence les décisions qu’il va prendre. Supposons que le marché soit long depuis quelques jours. S’il n’y a plus d’acheteurs pour continuer à le faire monter, il est fort possible qu’au contraire une baisse arrivera, car certains traders, voyant que leur anticipation haussière ne se réalise pas, vont clôturer leur position. Cette baisse sera d’autant plus rapide dès que les ventes stoploss placées par les traders en position longue seront touchées.
Malheureusement, la position globale du marché est difficile à connaître sur le Forex. Tout d’abord par le fait que le Forex n’étant pas traité sur une place boursière, il n’y a pas de centralisation des ordres. Il est alors impossible de connaître l’existence de toutes les transactions réalisées, certaines étant exécutées en privé, par exemple entre deux banques, et non pas via des plateformes de trading.
La seule indication concernant la position globale du marché, nous vient de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission). La CFTC publie tous les vendredis soir à 21h30, un rapport sur la position globale dans chaque devise des intervenants sur le CME (Chicago Mercantile Exchange) et le NYBOT (New York Board of Trade).

Rédigé par Philippe Lhermie le 04/09/2017 | Lu 367 fois

Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager