Bourse

La Bourse américaine pourra-t-elle poursuivre sa tendance haussière ?

La poussée du S&P 500 amorcée à la fin de l’hiver 2009 vient de fêter son cinquième anniversaire. En étudiant les autres marchés haussiers, on constate que la hausse actuelle dépasse la moyenne tant en ce qui concerne sa durée que l’ampleur des gains. Il y a quelques raisons de penser que la tendance haussière pourrait se poursuivre encore un certain temps, mais les investisseurs qui choisissent aujourd’hui la Bourse américaine doivent s’attendre à vivre un marché baissier à un moment ou un autre. Ce risque est toutefois toujours présent sur le marché boursier et il n’empêche pas cette classe d’actifs de demeurer un choix intéressant pour les investisseurs ayant une certaine tolérance au risque.


Le bull market a déjà cinq ans

Au début de l’année 2009, les investisseurs avaient de quoi être déprimés. Rien ne semblait pouvoir calmer la crise financière débutée par l’éclatement de la bulle immobilière américaine et grandement amplifiée par la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008. La correction boursière, débutée à l’automne 2007, prenait de plus en plus l’allure d’une hécatombe alors que le S&P 500 atteignait un creux de 676 le 9 mars 2009, ce qui représentait une perte de plus de 55 % en l’espace de 17 mois.
Un énième plan des autorités américaines pour soutenir le secteur bancaire a finalement été l’étincelle qui a mis fin à la crise et remis le marché boursier sur une tendance haussière. Plus de cinq ans plus tard, cette tendance se poursuit et la Bourse américaine, après une autre poussée spectaculaire en 2013, a continué d’établir de nouveaux sommets au cours des dernières semaines. À ce stade, il semble normal de se demander si la tendance haussière peut encore se poursuivre bien longtemps.

Comment définir un marché haussier ?

Marchés haussiers depuis le Seconde Guerre mondiale
Marchés haussiers depuis le Seconde Guerre mondiale
Il est extrêmement difficile de prévoir les points de retournement du marché boursier, en particulier le début d’une tendance baissière. Parfois, comme en 1980 ou en 2007, ils sont causés par un retournement de la conjoncture économique. À d’autres occasions (1987, 2001), ils ont été causés par des retournements brutaux du sentiment des investisseurs. Finalement, des chocs extérieurs (crise pétrolière, crise financière) ou des problèmes sectoriels peuvent mettre fin à des marchés haussiers. Tous ces types d’événements sont extrêmement difficiles à prévoir. Pour cette raison, nous n’avons pas la prétention dans cette étude de pouvoir identifier avec précision le moment du prochain retournement du marché boursier.
 
Malgré cela, il paraît intéressant de comparer le cycle haussier actuel avec ceux observés depuis la Seconde Guerre mondiale pour voir si la hausse actuelle semble très étirée d’un point de vue historique.
 
Pour faire cette comparaison, il faut tout d’abord bien définir un marché haussier. Nous utiliserons la définition traditionnelle d’un bull market, soit une hausse de plus de 20 % par rapport au précédent creux boursier. De la même façon pour identifier un marché baissier, il faut une baisse de plus de 20 % par rapport au précédent sommet. Le graphique ci-dessus illustre les marchés haussiers et baissiers du S&P 500 depuis 1945 (cliquez sur le graphique pour l'agrandir). Notez que tous nos calculs sont basés sur les niveaux de clôture en fin de journée.
 
Cette étude portera essentiellement sur la Bourse américaine. L’indice S&P 500 est souvent considéré comme le meilleur indice de référence du marché des actions aux États‑Unis. Plusieurs Bourses européennes ont aussi connu un important épisode baissier en 2011 avec la crise financière européenne. Alors que plusieurs de ces indices demeurent en dessous de leur précédent sommet, la question de savoir si la hausse récente est exagérée se pose beaucoup moins. Pour cette raison, le reste de cette étude portera exclusivement sur le S&P 500 dont l’évolution aura de toute façon un impact majeur sur les résultats des autres grandes places boursières.

Comparaison avec les autres bull markets

On recense dix épisodes de marchés haussiers, en excluant la période actuelle, sur une période d’environ 65 ans. En moyenne, les marchés haussiers ont duré près de 1 800 jours, soit environ cinq années, et les gains du S&P 500 ont été de 162 % du creux au sommet.
 
Ces moyennes sont toutefois gonflées par la période extraordinaire de 1987 à 2000 qui a vu la valeur du S&P 500 être multipliée de plus de cinq fois. Le réveil a toutefois été brutal par la suite avec l’éclatement de la bulle technologique. En excluant cet événement ainsi que le plus faible des marchés haussiers, on obtient une moyenne tronquée de quatre années et demie et de 126 % de gains pour les huit événements restants. On remarque toutefois que, même en excluant les extrêmes, il existe une bonne dispersion autour de la moyenne.
 
Peu importe la base de comparaison, le marché haussier actuel représente déjà un des bons bull markets observés depuis la Seconde Guerre mondiale. En supposant qu’il se soit terminé le 1er avril, date du plus récent sommet, le marché haussier aurait duré plus de cinq ans. En termes de gains, le bull market actuel est encore plus impressionnant avec une progression de 179 %.
 
On peut donc conclure que le marché haussier actuel est déjà avancé d’un point de vue historique. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il est condamné à finir prochainement alors que l’on note trois marchés haussiers qui ont duré plus de six ans.

Quelques raisons de ne pas trop s'inquiéter

On recense dix épisodes de marchés haussiers, en excluant la période actuelle, sur une période d’environ 65 ans. En moyenne, les marchés haussiers ont duré près de 1 800 jours, soit environ cinq années, et les gains du S&P 500 ont été de 162 % du creux au sommet.
 
Ces moyennes sont toutefois gonflées par la période extraordinaire de 1987 à 2000 qui a vu la valeur du S&P 500 être multipliée de plus de cinq fois. Le réveil a toutefois été brutal par la suite avec l’éclatement de la bulle technologique. En excluant cet événement ainsi que le plus faible des marchés haussiers, on obtient une moyenne tronquée de quatre années et demie et de 126 % de gains pour les huit événements restants. On remarque toutefois que, même en excluant les extrêmes, il existe une bonne dispersion autour de la moyenne.
 
Peu importe la base de comparaison, le marché haussier actuel représente déjà un des bons bull markets observés depuis la Seconde Guerre mondiale. En supposant qu’il se soit terminé le 1er avril, date du plus récent sommet, le marché haussier aurait duré plus de cinq ans. En termes de gains, le bull market actuel est encore plus impressionnant avec une progression de 179 %.
 
On peut donc conclure que le marché haussier actuel est déjà avancé d’un point de vue historique. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il est condamné à finir prochainement alors que l’on note trois marchés haussiers qui ont duré plus de six ans.

Conclusion : accepter la possibilité d'un bear market

La Bourse doit toujours être considérée comme un type de placement risqué puisqu’elle peut connaître de très importantes fluctuations. En tout temps, un investisseur plaçant une partie de ses avoirs dans cette classe d’actifs doit ainsi être prêt à voir cet actif perdre une part significative de sa valeur. C’est pourquoi il ne convient pas à tous les types d’investisseurs.
 
Les marchés baissiers sont ainsi une réalité à laquelle tout investisseur boursier doit être prêt à faire face. Après une longue et impressionnante poussée depuis 2009 et un gain de plus de 30 % en 2013, il est important que les investisseurs qui choisissent la Bourse américaine soient conscients que le potentiel de croissance n’est plus aussi important qu’à la fin de la crise financière. Il ne faut pas s’attendre à des hausses aussi spectaculaires du S&P 500 au cours des prochaines années, et il faut savoir qu’une correction temporaire peut survenir à tout moment, et ce, même si rien n’annonce une chute imminente.

Malgré cela, le S&P 500 ne paraît pas trop surévalué et ses perspectives de rendement à moyen terme demeurent relativement bonnes, particulièrement si on les compare à celles du marché obligataire. Un investisseur qui choisit la Bourse américaine aujourd’hui doit s’attendre à vivre un marché baissier à un moment ou un autre, mais, malgré cela, il risque au bout du compte d’obtenir un rendement intéressant.
 
L’expérience passée le montre bien, un investisseur qui aurait investi dans le S&P 500 au début des années 1950 aurait connu neuf marchés baissiers depuis, dont certains très violents. Malgré cela, il aurait vu la valeur de son investissement exploser. On ne peut savoir si l’histoire se répétera, mais une chose est certaine, le marché boursier continuera à connaître d’importantes fluctuations qui seront difficiles à prévoir.


Rédigé par Mathieu D’Anjou, Économiste principal chez Desjardins le Mercredi 2 Avril 2014








Ouvrage recommandé
Secrets pour gagner en Bourse à la hausse et à la baisse - Stan Weinstein

Secrets pour gagner en Bourse à la hausse et à la baisse - Stan Weinstein

 34,00 € 
   32,30 €
Ne vous fiez pas au titre racoleur de cet ouvrage car il s'agit sans doute du livre le plus apprécié des lecteurs qui désirent investir en Bourse. Il présente une approche d'investissement claire, simple et didactique, basée sur la "Force relative", une notion qui compare une action à un indice boursier de référence...