Forex

L’euro de retour en dessous de 1,10 $ US alors que la BCE garde le suspense

Après avoir faibli au début de l’été à la suite du vote en faveur du Brexit au Royaume‑Uni et du retour de craintes sur le secteur financier européen, l’euro a repris de la vigueur pour généralement fluctuer aux environs de 1,12 $ US depuis le commencement du mois d’août. Comme pour les autres devises européennes, les dernières semaines ont toutefois été beaucoup plus difficiles pour l’euro qui est redescendu subitement en dessous du seuil psychologique de 1,10 $ US.


Graphique de l'euro face au dollar en données quotidiennes
Graphique de l'euro face au dollar en données quotidiennes
La chute récente de l’euro reflète en bonne partie des développements du côté d’autres devises. Une hausse notable des probabilités d’un resserrement monétaire d’ici la fin de l’année a fait récemment bondir le billet vert par rapport à la plupart des devises. La poussée des craintes liées aux négociations sur le Brexit a aussi défavorisé l’ensemble des devises européennes. Il faut dire que le retour de barrières commerciales entre le Royaume‑Uni et le reste de l’Europe affecterait aussi négativement les perspectives économiques de la zone euro. L’euro a tout de même continué de s’apprécier par rapport à la livre pour atteindre son plus haut niveau depuis 2009.

Du côté de la zone euro, l’attention des investisseurs se porte surtout sur la politique monétaire alors que les perspectives économiques ont peu changé au cours des derniers mois. La grande question est de savoir à quel moment la Banque centrale européenne commencera à réduire ses achats massifs de titres financiers. Officiellement, les achats devraient se poursuivre au rythme de 80 milliards de dollars par mois d’ici mars 2017, mais ils pourraient stopper subitement par la suite. Un tel scénario ne paraît cependant pas réaliste, et les analystes anticipent plutôt que les achats se prolongeront encore longtemps. Le nombre limité d’obligations allemandes que la BCE peut encore acquérir pourrait toutefois représenter un obstacle à un prolongement trop long des achats de titres. La BCE n’a pas vraiment clarifié ses intentions lors de sa rencontre d’octobre, mais le président Draghi a reconnu qu’une fin abrupte des achats était peu probable. Une décision sur l’avenir du programme d’achat risque d’être annoncée en décembre prochain, ce qui pourrait faire réagir l’euro.

Prévisions

Rien ne laisse entrevoir un important rebond de l’euro à moins qu’un événement n’entraîne une chute généralisée du dollar américain, par exemple une surprise lors de l’élection américaine ou un nouveau report des hausses de taux aux États‑Unis. Il est cependant plus probable que le billet vert continuera d’évoluer à la hausse. Cela pourrait amener l’euro encore un peu plus bas au cours des prochains trimestres, surtout que les incertitudes politiques liées au Brexit, mais aussi au référendum constitutionnel en Italie et aux élections en France et en Allemagne l’an prochain pourraient continuer de nuire à la devise commune.

Rédigé par Études économiques Desjardins, le Mercredi 26 Octobre 2016