Bourse

Impact de la baisse des prix du pétrole sur les marchés financiers

Cette analyse sur l'impact de la baisse des prix du pétrole est issue de la dernière édition du Global Outlook de la société de gestion internationale Standard Life Investments. Elle conclue que les ménages devraient profiter de ce contre-choc pétrolier, à l’inverse des sociétés de ce secteur et des pays très dépendants de leurs exportations pétrolières.


Keith Skeoch, CEO de Standard Life Investments, précise :

« Les effets de la baisse du pétrole sont maintenant intégrés par le marché, que ce soit dans la valeur du rouble, de celle des actions des compagnies pétrolières britanniques ou sur le marché de la dette à haut rendement du secteur de l’énergie aux Etats-Unis. Nous en concluons que les facteurs liés à l’offre ont plus d’effet que ceux liés à la demande. Nous devrions commencer à voir l’impact positif d’une énergie meilleur marché sur la consommation des ménages et les investissements des entreprises, hors secteur pétrolier, au printemps 2015. »

Autres commentaires de Standard Life Investments sur différents marchés :

Andrew Milligan, Head of Global Strategy : « Les gérants d’actifs doivent être extrêmement sélectifs et ne pas négliger l’impact que pourraient avoir des mouvements importants sur les devises et les matières premières, l’augmentation des différentiels entre les rendements et les flux de capitaux toujours plus volatiles. Le pétrole, par exemple, conduit à des divergences entre secteurs et pays. C’est une raison supplémentaire pour rester neutre sur les marchés émergents dans leur ensemble et s’appuyer sur la sélection des titres pour générer de la valeur dans les portefeuilles. »

Susan Tarry, Investment Director, European Equities : « L’ampleur de la chute des prix du pétrole est telle qu’elle change de manière significative notre analyse sur certains titres. Ainsi, nous voyons des opportunités dans le transport aérien, Ryanair en particulier, et estimons que la situation est préoccupante pour des sociétés dans l’équipement et les services au secteur pétrolier, comme Saipem. »

Mark Vincent, Investment Director, GEM equities : « Sur la base des estimations actuelles, un pétrole à ce niveau coûtera 100 milliards de dollars à la Russie par an, sans compter les sanctions liées au conflit ukrainien qui coûteront 40 milliards de plus. Mais tout le monde ne se lamente pas sur la chute du rouble. Une société qui prospère dans ce contexte, Norilsk Nickel, la plus importante compagnie minière russe, produit du nickel et du palladium, principalement destinés à l’exportation. Le prix de ces métaux étant fixé en dollar, le renforcement du billet vert contre le rouble est une bénédiction pour les opérations et les profits de cette entreprise. »

Richard House, Head of Emerging Market Debt : « Les prix du pétrole en baisse ont des conséquences importantes pour le Venezuela, pays dans lequel la bonne santé de la balance commerciale et des finances publiques repose principalement sur la manne pétrolière. Les autorités locales semblent peu enclines à modifier leur politique en réponse à ces changements. Et bien que le Venezuela ait les plus grandes réserves de pétrole au monde, le marché a pris en compte la forte probabilité d’un défaut de la dette souveraine de ce pays au cours des prochaines années. »

Rédigé par Pascal Delmas / BourseTrading.info le Mardi 3 Février 2015