Analyse graphique


Gare aux sommets

Celui qui pratique l’analyse graphique le sait bien, tout repose sur la mémoire du marché. Or, celle-ci est matérialisée par les graphes. Le premier travail consiste à rechercher les points les plus hauts et les plus bas sur une période de temps déterminée. Avec un peu d’expérience, on peut assez aisément repérer des sommets ou des planchers. On les qualifie de double, de triple voire de quadruple. Le double suscite l’angoisse, le triple porte l’espoir… Pourquoi ?


Un actif atteint un sommet. Les acheteurs sont repus et préfèrent réaliser leurs gains. Ils deviennent vendeurs et se fixent un objectif, celui de retrouver une zone antérieure qui avait été considérée comme source d’opportunités pour une acquisition. De là, les cours repartent et le nouvel objectif, cohérent, se situe sur le précédent sommet. Ainsi, se forme un double sommet avec envie d’épouser un scénario répétitif : On sait où acheter et surtout où vendre. Pour déborder un double sommet, il faut généralement de très sérieux « prétextes », de ceux que l’on n’imaginait pas : hausse surprise des bénéfices, baisse des taux, statistiques qui déjouent les pronostics etc.
 
Un actif rechute après un double sommet mais repart à l’attaque de ce sommet. La résistance subit donc maintenant une triple agression. Les vendeurs se méfient car le scénario devient trop simpliste et le sommet-résistance pourrait bien se transformer en support. Le passage d’un triple sommet donne souvent des ailes aux acheteurs comme si ces derniers changeaient d’aire de jeux.

Un cas pratique avec le S&P 500

S&P 500 : vers un double sommet ? (cliquez pour agrandir)
S&P 500 : vers un double sommet ? (cliquez pour agrandir)
Le S&P 500  qui se voudrait le reflet d’un marché efficient, a quitté le sommet des 1575 points en novembre 2007 en raison de l’avènement de la crise majeure que l’on sait. Depuis mars 2009, l’économie américaine se redresse, le S&P 500 s’en fait l’écho avec un plancher sur 670 points. Actuellement, toute la baisse est pratiquement effacée. Encore 60 points et la figure en double sommet sera parfaite. La crise est-elle totalement résolue au point d’aller beaucoup plus haut ? Pas si sûr. Tous les grands gérants de fonds, souvent colossaux, connaissent ce graphique. Ils pourraient bien vendre simplement parce qu’il s’agit d’un double sommet surtout si rien de nouveau ne vient les motiver. Autant le savoir et se méfier…


Auteur : Bertrand Richard, TurbosBourse.com


Rédigé par Bertrand Richard le 28/02/2013 | Lu 1778 fois


Envoyer Envoyer    Imprimer Imprimer          Partager Partager
Notez